•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec n'a pas l'intention d'injecter de l'argent pour sauver SNC-Lavalin

Le logo de SNC-Lavalin sur du gazon.

La firme d'ingénierie québécoise a récemment annoncé une vaste restructuration.

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

La Presse canadienne

Québec n'injectera pas, pour le moment, d'argent public dans SNC-Lavalin, même si la firme a vu sa valeur boursière plonger de plusieurs milliards de dollars au cours des derniers mois, ce qui l'expose davantage à une prise de contrôle.

À Montréal, mercredi, le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, a concédé que l'entreprise était aux prises avec des « problèmes opérationnels qui sont évidents », mais a estimé qu'elle n'a pas besoin d'une injection de capitaux.

« Je ne vois pas, pour le gouvernement du Québec, le besoin d'intervenir au niveau financier, a-t-il dit en marge d'une annonce. Ce qu'il faut faire, c'est la restructuration des activités. »

SNC-Lavalin a été secouée à la Bourse de Toronto après avoir annoncé, lundi, qu'elle abandonnera les contrats à prix fixe – qui peuvent plomber les bénéfices lorsqu'il y a des dépassements de coûts –, la comptabilisation d'une charge de 1,9 milliard de dollars et le retrait de ses prévisions pour l'exercice. L'entreprise n'a pas sollicité le gouvernement Legault en vue d'une aide financière.

Ces déboires s'ajoutent aux accusations criminelles qui pèsent contre elle pour des gestes qui auraient été posés en Libye. Un verdict de culpabilité pourrait empêcher la firme de construction et d'ingénierie d'obtenir des contrats fédéraux pendant dix ans.

Sur le parquet de Bay Street, mercredi, en fin de séance, le titre de la firme québécoise cotait à 21,24 $, en recul de 27 ¢, ou 1,26 %. Cela conférait une valeur boursière d'environ 3,73 milliards de dollars à l'entreprise, par rapport à environ 8 milliards de dollars au début de l'année.

Québec observe

Il n'y a pas d'actionnaire de contrôle chez SNC-Lavalin, mais la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) détient une participation d'environ 20 %, ce qui n'est pas suffisant pour bloquer une offre hostile.

« Écoutez, s'il y avait une opération requise pour sauver [l'entreprise] en raison d'une offre hostile, nous pourrions intervenir, a expliqué M. Fitzgibbon. Mais à ce moment-ci, nous sommes plutôt des observateurs. »

Néanmoins, le ministre de l'Économie a insisté pour rappeler que SNC-Lavalin n'avait pas de problèmes de liquidités, citant la vente de sa participation dans l'autoroute à péage 407 en Ontario.

Les deux autres propriétaires de l'autoroute 407 – l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada et Cintra Global, une filiale de l'Espagnole Ferrovial S.A. – sont au cœur d'une bataille judiciaire pour savoir qui mettra la main sur la participation de SNC-Lavalin, qui pourrait valoir jusqu'à 3,25 milliards de dollars.

« Pour moi, le problème n'est pas s'ils auront l'argent, mais quand ils vont l'obtenir », a dit M. Fitzgibbon.

Si SNC-Lavalin risque davantage de faire l'objet d'une offre hostile en raison de la chute de sa valeur boursière, le professeur Karl Moore, du département de gestion de l'Université McGill, s'est demandé qui voudrait mettre la main sur une société dont la réputation a été entachée et qui a de la difficulté à tourner la page sur son passé trouble.

Il croit toutefois que d'autres entreprises pourraient avoir l'œil sur la firme québécoise lorsqu'elle aura fait le ménage dans ses activités.

« Quand la société sera mieux organisée, qu'elle aura mis derrière elle toutes les mauvaises nouvelles [...], elle pourrait devenir plus intéressante dans un an ou deux », a expliqué le professeur Moore, au cours d'un entretien téléphonique.

Dans la foulée des turbulences qui plombent la performance de SNC-Lavalin, la CDPQ est sortie de sa réserve habituelle, lundi, en qualifiant la tendance d'« inacceptable » et en exigeant des « actions décisives ».

Économie

Économie