•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les épaulards de la C.-B. devront s'adapter au déclin du saumon chinook pour survivre

Un épaulard nagent en compagnie de deux marsouins.

Bien qu'ailleurs dans le monde, les épaulards se sont adaptés et mangent de la chaire de marsouins, la population du sud de la Colombie-Britannique ne semble pas intéressé.

Photo : Radio-Canada / Ocean Wise/NOAA

Radio-Canada

Le destin des épaulards vivant dans la mer des Salish au large de la Colombie-Britannique est si étroitement lié à celui du saumon chinook dont ils se nourrissent que des experts craignent que le déclin de cette espèce de poisson ne conduise à la disparition de la population d'orques.

La question est maintenant de savoir si ces résidents du sud pourront assurer leur survie et élargir leur palais.

« Obsédés par le chinook »

Gros plan sur un saumon gris avec une grande tâche rose-orange sur lui. On voit d'autres poissons derrière lui.

Le saumon chinook, aussi appelé quinnat, dont se nourissent les épaulards.

Photo : Paul Vecsei/Engbretson Underwater Photography

Ailleurs dans le monde, les épaulards se sont adaptés aux variations de leurs sources alimentaires, et se nourrissent d’à peu près tout ce qui nage dans l'océan, y compris du flétan, des phoques, des bébés rorquals et même du foie de grands requins.

Ceux vivant au large de la Colombie-Britannique ne semblent pas avoir suivi la tendance. Le directeur du programme de recherche sur les mammifères marins à l'aquarium de Vancouver Lance Barrett-Lennard note toutefois que des preuves commencent à faire croire que ceux-ci changent tranquillement leur alimentation.

Il y a quelques années, j'aurais dit non, ils sont absolument obsédés par le chinook et je ne vois pas la possibilité pour eux de changer de régime.

Lance Barrett-Lennard, directeur du programme de recherche sur les mammifères marins à l'aquarium de Vancouver

Ces nouvelles preuves suggèrent que les habitants du sud aiment une plus grande sélection de poissons que ce qui était connu auparavant. Leur régime alimentaire comprend maintenant parfois des espèces autres que le saumon, comme le flétan et la morue charbonnière.

Bien que ce sont des poissons riches en calories, leur nombre reste insuffisamment élevé pour remplacer le saumon chinook, craint Lance Barrett-Lennard.

Deux marsouins du Pacifique nagent dans les eaux du golfe de Californie.

Plusieurs habitants témoignent avoir vu des épaulards chasser et tuer des marsouins, mais ils ne s'en nourrissent pas.

Photo : NOAA

Pas de mammifères

Plusieurs Britanno-Colombiens témoignent avoir vu des épaulards chasser et tuer des marsouins, mais ils ne s'en nourrissent pas. Aucun d'entre eux ne les a mordus, indique la directrice scientifique et de la recherche pour le Wild Orca, Deborah Giles.

C'est frustrant parce que c'est une énorme quantité de nourriture.

Deborah Giles, directrice scientifique et de la recherche pour le Wild Orca

Une transition alimentaire vers les mammifères marins obligerait les baleines à chasser en silence. Or, les résidents de la mer des Salish comptent sur l’écholocalisation pour suivre le saumon, un processus bruyant qui effrayerait immédiatement les phoques ou les marsouins de la région.

Un épaulard adulte a la tête relevée, à sa gauche un animal plus jeune saute, on lui voit le haut du corps et l'aileron, en arrière-plan, la côte au loin avec quelques bâtiments.

La jeune femelle épaulard J-50 en compagnie de sa mère, J-16.

Photo : Tasli Shaw/Steveston Seabreeze Adventures

Bien que les épaulards sont réputés pour leur intelligence et leur capacité à apprendre de nouvelles choses en captivité, dans la nature, ce sont des créatures d'habitude, lentes à expérimenter avec l'inconnu, souligne John Ford, chercheur à la retraite sur les cétacés à Pêches et Océans Canada.

Ces animaux ont un côté très conservateur.

John Ford, chercheur à la retraite sur les cétacés à Pêches et Océans Canada.

D'autres générations oseront peut-être chasser différents types de proies, mais à court terme, la population au large de la Colombie-Britannique semble être en retard sur les populations ailleurs dans le monde, dit-il.

Avec les informations de Bethany Lindsay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !