•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les burgers de Beyond Meat plus santé? Pas si vite, disent des experts

Deux hamburgers dans une assiette.

Pour soutenir leur affirmation, Beyond Meat mentionne les conséquences liées à la consommation de viande rouge.

Photo : La Presse canadienne / Richard Drew

Radio-Canada

La compagnie Beyond Meat affirme que ses burgers à base de protéines végétales sont plus sains que ceux à la viande, mais des spécialistes en nutrition rappellent qu'il n’existe pas encore suffisamment de données pour prouver cette affirmation.

La boulette de Beyond Burger contient près de 20 ingrédients dont de l’huile de noix de coco raffinée et de l’isolat de protéine de pois. Selon la diététiste et nutritionniste Rosie Schwartz, il s’agit d’un aliment transformé dont les Canadiens devraient limiter la consommation.

Elle rappelle que le nouveau Guide alimentaire canadien recommande de consommer moins de viande et de privilégier les aliments protéinés à base de plantes, mais que « quand Santé Canada dit que nous devrions choisir plus de substituts de protéines à base de plantes, il est question d’aliments entiers, pas d’aliments ultra-transformés. »

Le scientifique spécialisé dans les aliments Ben Bohrer explique que la composition nutritionnelle du burger traditionnel à base de boeuf et celui de Beyond Meat est assez similaire.

La version végétarienne contient 270 calories, 5 grammes de graisses saturées et 390 milligrammes de sodium. Celle au boeuf de Walmart contient 30 calories de moins et 2 grammes de gras saturés de plus. Il contient également 300 mg de sodium en moins.

Le président-directeur général de Beyond Meat, Ethan Brown, estime que ces comparaisons sont trop simplistes, car elles ne tiennent pas compte des risques tels le cancer et les maladies cardiaques associées à la consommation de viande rouge et transformée.

Selon lui, la comparaison est injuste. « Les médias ont l'obligation de bien expliquer les choses. Si les consommateurs lisent ces informations et se mettent à croire que ça ne vaut pas la peine et qu'ils peuvent continuer à manger autant de viande rouge, ce n’est pas juste pour eux. »

Pour soutenir son affirmation selon laquelle son produit est plus sain, Beyond Meat a envoyé à CBC des informations venant de nombreuses études portant sur les conséquences liées à la consommation de viande.

L’étude la plus récente mentionnée par l'entreprise a été publiée en juin par Harvard T.H. Chan School of Public Health. Cette étude montre que l’augmentation de la consommation de viande rouge, notamment celle transformée, augmente le risque de mort prématurée.

Le Dr Frank Hu, auteur principal de l’étude et professeur de nutrition et d’épidémiologie à Harvard, affirme que « remplacer la viande rouge par d’autres sources de protéines, notamment des protéines à base de plantes, peut réduire le risque de maladies chroniques et de mort prématurée ».

Il précise toutefois que les données et les recherches existantes ne permettent pas de dire si le produit de Beyond Meat est le meilleur choix santé pour les consommateurs.

L'étiquette d'une boulette à base de plantes de la marque Beyond Meat.

Les substituts de viande, comme les hamburgers à base de plantes de la marque Beyond Meat, deviennent de plus en plus populaires.

Photo : Beyond Meat

Beyond Meat maintient malgré tout son affirmation. « Nous sommes fermement convaincus que les produits Beyond Meat représentent une amélioration nutritionnelle », dit son directeur général.

Il ajoute que le produit présente également l’avantage de ne contenir aucun cholestérol ni graisse saturée d’origine animale et qu’il contient moins de gras saturé que les burgers fabriqués à partir de morceaux de viande de bœuf plus gras.

Les consommateurs canadiens semblent vouloir y croire. C'est le cas de Jim Allen. L'homme n'est pas végétarien, mais a récemment essayé le Beyond Burger offert par la chaîne de restauration rapide A&W en croyant que c'était un choix plus santé.

« J'avais vraiment hâte de l'essayer. Après tout, on nous dit d'éviter la viande rouge et de manger plus d'aliments à base de plantes », rappelle-t-il.

À moins que de nouvelles recherches lui démontrent que cette solution de rechange au boeuf est moins saine, Jim Allen continuera de manger des produits comme celui de Beyond Meat.

Il n’a toutefois pas l’intention de l’acheter à nouveau dans un restaurant rapide, car il a découvert qu’une fois le pain et les sauces ajoutés, la version de A&W contenait 1 110 milligrammes de sodium.

La chaîne de restauration rapide répond que les clients peuvent modifier leur burger en fonction de leurs besoins alimentaires, par exemple en remplaçant le pain par de la laitue.

Santé

Alimentation