•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bell met la main sur la chaîne de télévision généraliste V

En mettant la main sur V, Bell fait son entrée dans la télévision généraliste de langue française.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Déjà bien présent dans le paysage télévisuel au Québec, le conglomérat Bell a annoncé mercredi l'acquisition de la chaîne généraliste francophone V auprès du Groupe V Média pour un montant qui n'a pas été dévoilé.

La transaction, qui sera assurément scrutée à la loupe par les autorités réglementaires fédérales, comprend aussi le service de vidéo sur demande Noovo.ca. Groupe V Média conservera les chaînes spécialisées Max et Elle Fictions.

Groupe V Média est contrôlé par la famille Rémillard, qui avait mis la main sur la chaîne généraliste en 2008 alors qu'elle portait le nom de TQS.

En 2014, l'entreprise avait accueilli trois partenaires au sein de son actionnariat, soit Investissement Québec, la Caisse de dépôt et placement du Québec et le Fonds de solidarité FTQ, qui avaient acquis ensemble une participation totalisant 45 %.

À ce moment, le propriétaire de V avait annoncé l'acquisition des chaînes spécialisées MusiquePlus et MusiMax auprès de Bell Média.

Bell, qui détient notamment le Réseau des sports, Canal D, Canal Vie, Z, VRAK, Investigation, Super Écran et Cinépop, s'est félicité, dans un communiqué, de l'ajout d'une chaîne généraliste francophone dans son portefeuille.

Malgré les défis de notre industrie, nous sommes heureux d'offrir de nouvelles opportunités à la chaîne V grâce aux conseils et à l'expertise de nos équipes de direction, de programmation et de production engagées et expérimentées basées à Montréal, a souligné la présidente de Bell Média pour le Québec, Karine Moses.

De son côté, le président et fondateur de Groupe V Média, Maxime Rémillard, s'est dit fier d'avoir trouvé un acquéreur pour V alors qu'il est de plus en plus difficile d'assurer la pérennité d'une chaîne généraliste au sein d'un groupe non intégré.

Bell Média possède actuellement 30 stations traditionnelles de télévision, 33 chaînes spécialisées et 109 stations de radio.

Pour Pierre Bélanger, professeur au département de communication de l'Université d'Ottawa, cette acquisition de V permettra à Bell de se positionner parmi les chaînes généralistes francophones du Québec.

Bell Média, finalement, met la main sur une carte maîtresse […] C’était la grande carte qui lui manquait d’être présent sur le plan de la télévision généraliste de langue française au Québec, essentiellement.

Pierre Bélanger, du département de communication de l’Université d’Ottawa

Réaction prudente à Québec

Le gouvernement du Québec, qui est en partie actionnaire de V par le biais d’Investissement Québec et de la Caisse de dépôt et placement, suit également cette transaction de près.

C’est une transaction privée, le gouvernement n’a pas eu d’implication, affirme le ministre de l'Économie Pierre Fitzgibbon. [...] Moi, personnellement, je pense qu’il faut augmenter la production de contenu francophone. J’ai eu la chance de parler aux gens de Bell hier avant l’annonce et leur engagement semble assez clair. Ils veulent offrir plus de production [francophone], alors si c’est le cas, tant mieux.

Dans une déclaration écrite à Radio-Canada, le cabinet de la ministre de la Culture précise qu’il s’agit d’« une transaction commerciale entre deux entreprises privées » et se garde donc de s’immiscer dans ce dossier. « Il revient au Bureau de la concurrence du Canada et au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications d’approuver cette transaction », lit-on dans la déclaration.

Rappelant que le gouvernement se soucie du « maintien de la diversité de l’offre francophone au Québec », le ministère de la Culture ajoute toutefois qu’il prendra « le temps d'analyser en profondeur les impacts de cette transaction ».

Avec les informations de La Presse canadienne

Médias

Économie