•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouverneur de Porto Rico visé par un mandat de perquisition

Une manifestante à New York. Des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs villes des États-Unis en appui à la population de Porto Rico.

Une manifestante à New York. Des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs villes des États-Unis en appui à la population de Porto Rico.

Photo : Getty Images / Drew Angerer

AFP

Des mandats de perquisition ont été lancés lundi contre le gouverneur de Porto Rico Ricardo Rossello et 11 autres personnes impliquées dans un scandale mêlant propos homophobes sur les réseaux sociaux et corruption, a indiqué mardi le ministère de la Justice de l'île.

Nous confirmons qu'il y a eu hier [lundi] un mandat de perquisition contre 12 membres du groupe de discussion.

Kelvin Carrasco, porte-parole du ministère de la Justice

Il n'a pas donné de détail supplémentaire en raison de l'enquête en cours, mais, selon le quotidien local El Nuevo Dia, les enquêteurs souhaitent consulter les téléphones portables des personnes impliquées dans l'affaire qui a plongé l'île dans une grave crise politique.

Selon le journal, au moins une d'entre elles a refusé de donner son téléphone à la justice.

Le Centre de journalisme d'investigation a révélé à la mi-juillet le contenu de conversations entre le gouverneur et 11 hauts responsables locaux, anciens ou actuels, sur la messagerie Telegram.

Ces hommes y échangent blagues misogynes et commentaires homophobes, notamment visant le chanteur vedette Ricky Martin.

La pression des Portoricains

Depuis, les manifestations se succèdent dans l'île caribéenne pour demander le départ de M. Rossello, dont l'administration est également accusée de corruption et de détournement de fonds.

M. Rossello a annoncé dimanche soir qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en novembre 2020 et quitterait la direction de son parti, mais cela n'a pas suffi à calmer ses opposants.

Il a répété mardi qu'il refusait toujours de quitter le pouvoir tout en admettant dans un communiqué que « le peuple a parlé et [il doit] l'écouter ».

Il a ajouté qu'il se concentrait sur la gestion de l'île et qu'il ne répondrait plus aux questions concernant le scandale.

Plusieurs centaines de milliers de personnes ont bloqué lundi la principale artère de la capitale, San Juan, aux cris de « Ricky démission », utilisant le diminutif de son prénom.

La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule en fin de soirée.

Plusieurs célébrités, comme Ricky Martin, les rappeurs Residente et Bad Bunny et le duo de Despacito, Daddy Yankee et Luis Fonsi, participent au mouvement de contestation ou le soutiennent.

Porto Rico, un territoire américain, peine à se relever du passage de l'ouragan Maria en 2017 qui a fait 3000 morts et détruit ses infrastructures.

L'île est également secouée par un scandale de corruption. Six responsables locaux sont accusés d'avoir détourné 15 millions de dollars de fonds fédéraux destinés à la reconstruction après l'ouragan.

Politique

International