•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Le canal de Panama, un ouvrage d’ingénierie et de politique

    Un navire traverse les écluses du canal de Panama.

    Le canal de Panama a été inauguré par les Américains en août 1914.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Il y a 20 ans, les États-Unis fermaient leur base militaire dans la zone du canal de Panama. Une première étape dans un processus de rétrocession qui sera bouclé le 31 décembre 1999. À travers nos archives, retracez l’histoire du canal de Panama.

    Le canal de Panama est une belle et grande réussite de l’ingénierie du 20e siècle.

    À travers une succession d’écluses, il permet de relier les océans Pacifique et Atlantique, offrant tout un raccourci pour les navires qui devaient naguère contourner le continent américain par la route du cap Horn.

    Une merveille technologique et une artère commerciale vitale, c’est ainsi qu’on se représente le canal de Panama jusqu’à aujourd’hui.

    Zone libre, 13 août 1999

    Ce reportage de l’émission Zone libre du 13 août 1999 nous rappelle que le canal de Panama n’était pas exploité par les Panaméens, mais bien par l’occupant américain.

    Ce sont les Américains qui ont mené à terme ce vaste projet d’ingénierie, potentiellement le plus difficile jamais entrepris.

    Retraçant l’historique de la construction du canal du Panama, la journaliste Paule Robitaille explique qu’elle avait d’abord été entreprise par les Français.

    Dès 1881, l’entrepreneur français Ferdinand de Lesseps, qui venait de construire le canal de Suez, met en œuvre ce rêve vieux de plusieurs siècles.

    Mais la jungle panaméenne n’est pas le désert égyptien. Glissements de terrain, inondations, paludisme, fièvre jaune, plus de 20 000 ouvriers perdent la vie sur ce chantier.

    L’entreprise de Ferdinand de Lesseps tourne à l’hécatombe, en plus d’être mêlée à un scandale financier.

    La construction du canal de Panama par les Français sera avortée en 1889.

    Sous l’impulsion du président Theodore Roosevelt, le projet est repris par les États-Unis en 1903.

    En plus de poursuivre le tracé français, les Américains s’approprient deux bandes de terre de 15 kilomètres de largeur tout le long du canal. C’est ce qu’on appellera la zone du canal.

    Le raccourci maritime tant espéré prend forme. Le canal de Panama est ouvert à la navigation en août 1914, après 10 ans de travaux.

    Pour cette réalisation, les Américains signent avec le Panama un bail d’un siècle, au terme duquel les Panaméens pourront récupérer le canal.

    Des tensions entre le Panama et les États-Unis

    Caméra 59, 7 novembre 1959

    À Panama cette semaine, une flambée de nationalisme a opposé la population aux forces américaines qui contrôlent la zone du canal.

    Le journaliste Pierre Nadeau

    Cet extrait de l’émission Caméra 59 nous montre que les Panaméens ont souhaité se défaire de l’emprise des États-Unis à travers le temps.

    Dans ce reportage du 7 novembre 1959, le journaliste Pierre Nadeau raconte que des manifestations antiaméricaines ont ébranlé la ville de Balboa, située à l’extrémité sud du canal de Panama.

    Locataire ou occupant? Le gouvernement panaméen met en doute la souveraineté des États-Unis sur la zone du canal. Il dénonce la brutalité des forces américaines qui auraient dû contenir l’agitation plutôt que de la réprimer.

    « Les milieux dirigeants américains s'inquiètent de l'hostilité croissante que certains pays de l'Amérique latine manifestent à l'égard des États-Unis », souligne l’animateur Raymond Charrette.

    Devant cette montée de nationalisme, le canal de Panama ne pourrait mieux symboliser le colonialisme des États-Unis sur le continent.

    La mainmise américaine culminera en 1989 avec une invasion militaire pour renverser le dictateur panaméen Manuel Noriega.

    La fin d’un bail d’un siècle

    Les Américains avaient conclu un bail d’un siècle pour le contrôle et l’exploitation du canal de Panama.

    En application d'un traité signé en septembre 1977 par les présidents Omar Torrijos et Jimmy Carter, les États-Unis restituent le canal aux Panaméens le 1er janvier 2000.

    Le Téléjournal, 14 décembre 1999

    Au Téléjournal du 14 décembre 1999, le journaliste Guy Gendron rend compte de la cérémonie qui a souligné la restitution du canal de Panama aux Panaméens.

    L’ex-président Jimmy Carter a signé lors d’une cérémonie symbolique l’Acte de rétrocession mettant fin à 85 ans de colonialisme américain dans ce petit pays d’Amérique centrale.

    Le journaliste Guy Gendron

    Ni le président Bill Clinton ni aucun autre dirigeant américain de premier plan n'est présent aux cérémonies.

    Le transfert officiel doit avoir lieu deux semaines plus tard, mais depuis le mois de juillet, les forces armées américaines ont quitté la zone du canal.

    L’Acte de rétrocession accorde toutefois aux États-Unis le droit d’intervenir militairement s’ils jugent que la sécurité du canal est compromise.

    Les Panaméens prennent pleinement en main cet ouvrage colossal et lui font d’ailleurs franchir une autre étape.

    Le 26 juin 2016, le nouveau canal de Panama est inauguré au terme d’un chantier gigantesque de huit ans pour en agrandir les écluses. Il permet dorénavant le passage de navires géants qu’on avait surnommés les « Post-Panamax ».

    Une fois de plus, le canal de Panama marquera un tournant dans les domaines de la construction, de l’ingénierie et du commerce mondial.

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    International