•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pluie de vernissages en Estrie

Une oeuvre de Mériol Lehmann présentée à Compton.

Une oeuvre de Mériol Lehmann présentée à Compton.

Photo : Sporobole

Radio-Canada

Alors que le mois de juillet est en voie de battre un record de journées d'ensoleillement, il pleut des vernissages ces jours-ci en Estrie.

Toutes ces expositions qui ont cours émanent de la cinquième édition de la triennale en arts numériques Espace [IM] Média organisée par le centre en art actuel Sporobole.

Des oeuvres sonores, numériques et photographiques prennent d'assaut l'espace public non seulement à Sherbrooke, mais aussi à Racine, Lac-Mégantic, Compton et Saint-Camille. Toutes les oeuvres ont un point commun : la connexion sous surveillance.

Une série d'artistes de calibre international et national ont été invités par Sporobole à participer à Espace [IM] Média. On leur a demandé de développer des oeuvres spécifiquement pour des lieux estriens. Elles seront présentées tout l'été. Ça prend toutes sortes de formes. Il y a beaucoup d'oeuvres sonores, explique, d'entrée de jeu, le directeur général et artistique de Sporobole, Éric Desmarais.

Entre autres, il sera possible de télécharger une application de réalité virtuelle sonore. On peut déambuler avec des écouteurs au centre-ville de Sherbrooke en suivant les instructions. Ça nous permet de vivre une expérience acoustique complètement folle et qui nous permet de voir les lieux d'une autre façon, promet-il.

À Saint-Camille, Isabelle Gagné a développé un robot internet dans lequel elle fait manger des images que la population lui a fournies ou des images de caméra de surveillance. Il recrée d'autres images qui sont projetées, imprimées et installées. Souvent ce sont des propositions qui peuvent paraître un peu étranges, mais le résultat est là, indique M. Desmarais. Cette oeuvre sera installée vendredi au P'tit bonheur et y restera jusqu'au 15 septembre.

Le directeur de Sporobole est plus que fier de cette édition. C'est une édition exceptionnelle. Ce qui me rend le plus fier, c'est de sortir de Sherbrooke et d'avoir réuni tous ces partenaires. Ils sont vraiment extraordinaires, la façon qu'ils reçoivent les artistes, la débrouillardise qu'ils ont à relever des défis techniques et logistiques. De travailler avec des municipalités périphériques, j'adore ça. C'est super intéressant.

Du côté de Sherbrooke, Sporobole a réussi à réunir presque l'ensemble des partenaires allant de la galerie du Centre culturel à la Galerie Foreman en passant par le Musée des beaux-arts.

Toute la programmation de la triennale ainsi que les dates des vernissages sont disponibles sur le site internet de Sporobole.

Estrie

Arts visuels