•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa invite quatre avionneurs à soumissionner pour remplacer ses CF-18

Un chasseur CF-18.

Photo : La Presse canadienne / Handout/U.S. Air Force Photo par Staff Sgt. Perry Aston

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral a franchi un pas de plus dans sa démarche visant à renouveler sa flotte d'avions de chasse CF-18 vieillissante en diffusant sa présélection de fournisseurs admissibles au lucratif contrat.

L’annonce, faite par Services publics et Approvisionnement Canada mardi matin, survient après des années de paralysie et de reprise du processus pour remplacer les CF-18, en service depuis 35 ans.

L’appel d’offres a été remis à quatre entreprises, soit SAAB (Suède), Airbus Defense and Space (Royaume-Uni et Irlande du Nord), Lockheed Martin Corporation (États-Unis) et Boeing (États-Unis).

Le contrat consiste en la livraison de 88 chasseurs aux Forces armées canadiennes pour défendre le territoire et respecter les « obligations internationales » du pays, soit l'investissement le plus important effectué en 30 ans au sein de l’Aviation royale canadienne.

Il s’inscrit dans le cadre de la politique de défense Protection, Sécurité, Engagement du gouvernement.

Le processus d’appels d’offres spécifie que les soumissionnaires auront deux occasions pour « présenter un plan pour répondre aux exigences du Canada en matière de sécurité et d'interopérabilité » avec les forces armées des pays alliés.

Les avionneurs retenus doivent remettre leur première offre de sécurité à l'automne 2019 et renvoyer une version améliorée au printemps 2020.

Des retombées économiques au Canada

Les fournisseurs admissibles devront notamment « présenter un plan sur des retombées économiques correspondant à la valeur du contrat proposé », apprend-on dans le communiqué.

Les propositions seront évaluées selon trois critères d’évaluation : les exigences de mérite technique (60 %), les coûts (20 %) et les retombées économiques (20 %).

Le processus de sélection prévoit accorder un maximum de points seulement aux entreprises qui incluent dans leur proposition des « garanties contractuelles ».

« Des retombées économiques concrètes et durables pour les Canadiens sont une priorité de ce projet. Il s'agit d'une occasion unique de soutenir la croissance de la main-d'œuvre hautement spécialisée du Canada dans les industries de l'aérospatiale et de la défense », a déclaré Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique.

Services publics et Approvisionnement Canada affirme dans sa missive que le choix du soumissionnaire retenu devrait être connu au début de 2022 et que la livraison du premier chasseur est prévue pour 2025.

Défense nationale

Économie