•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Joker en première nord-américaine au TIFF en septembre

Affiche du film « Joker ».

C'est au tour de Joaquin Phoenix de se glisser dans la peau du supervilain Joker.

Photo : Instagram/warnerbrosca

Claudia Hébert

Le Festival international du film de Toronto a dévoilé mardi un premier lot de films de sa 44e édition, qui se déroulera du 5 au 15 septembre. Cette partie de la programmation officielle comprend 18 galas et 38 présentations spéciales.

Parmi les films très attendus, on retrouve The Goldfinch, adaptation du roman de Donna Tartt, lauréate du Pulitzer en 2014, A Beautiful Day in the Neighborhood de Marielle Heller, où Tom Hanks joue le rôle de l’animateur d’émission pour enfants Fred Rogers, Judy, avec Renée Zellweger incarnant une Judy Garland en fin de carrière et, surtout, Joker, la vision de Todd Phillips sur les origines du personnage du célèbre ennemi de Batman, avec Joaquin Phoenix dans le rôle-titre.

Quelques films primés du dernier Festival de Cannes feront leur premier arrêt au Canada durant le TIFF. Non seulement la Palme d’or du coréen Bong Joon-ho Parasite y sera, mais également Douleur et gloire de Pedro Almodovar, qui a valu la palme d’interprétation masculine à Antonio Banderas, et Portrait de la jeune fille en feu de la Française Céline Sciamma, qui a remporté le prix du scénario.

Si la sélection canadienne sera dévoilée lors de la conférence de presse du 31 juillet, trois œuvres d’ici ont déjà été annoncées, à commencer par le film d’ouverture qui sera un documentaire, un fait rare au TIFF. Once Were Brothers: Robbie Robertson and the Band, est un film du Torontois Daniel Roher dédié à la carrière du musicien ontarien Robbie Robertson.

La présence de deux habitués du festival a aussi été révélée, tout d’abord le Torontois Atom Egoyan, avec Guest of Honour, et le Québécois François Girard, avec The Song of Names.

La clôture du TIFF sera assurée par un film de la bédéiste et cinéaste d’origine iranienne Marjane Satrapi, qui signe Radioactive, où l’actrice Rosamund Pike emprunte les traits de la physicienne et chimiste Marie Curie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts