•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier train de grains arrive à Churchill

 Un train à plusieurs wagons sur les rails.

Le premier train à transporter du blé est arrivé à Churchill le 21 juillet.

Photo : Envoyée par Benjamin Oman

Radio-Canada

Un train rempli de grains est une chose que les habitants de Churchill, dans le nord du Manitoba, n'avaient pas vue depuis 2015. Ils se réjouissent donc de voir ce secteur économique reprendre lentement vie après une longue attente.

Benjamin Oman a aperçu le train de marchandises rempli de blé alors qu’il était à vélo. « C’était agréable de voir un train revenir pour la première fois », dit-il .

Étant un ex-ouvrier du port de Churchill, il est ravi, car le chemin de fer et le bon fonctionnement du port sont importants pour l’ensemble de la communauté.

Les travailleurs du port de Churchill ont été licenciés au début de 2016. La voie ferrée, la seule voie terrestre reliant Churchill au reste de la province, a été sérieusement endommagée par des inondations en 2017.

Pour la première fois depuis des années, des céréales seront donc déchargées de wagons de marchandises et chargées sur un bateau avant d’être expédiées à l’étranger.

Arctic Gateway Group a acheté la ligne ferroviaire de la baie d’Hudson et le port de Churchill après avoir signé un accord avec Omnitrax le 1er septembre 2018. Le consortium est composé de communautés manitobaines, de Premières Nations ainsi que des entreprises Fairfax Financial Holdings et AGT Food and Ingredients.

« Les habitants de Churchill se souviennent de l’époque glorieuse où des centaines de milliers de tonnes de céréales canadiennes partaient de Churchill vers le reste du monde », écrit le directeur général du consortium, Murad Al-Katib, dans un courrier électronique.

Selon lui, chaque navire océanique devrait transporter entre 30 000 et 40 000 tonnes de céréales. Le volume dépendra de la disponibilité des provinces des Prairies.

En plus du blé, le groupe examine les possibilités d'expédition d’autres céréales, d’engrais, de potasse, de sable, de minéraux et de produits forestiers ainsi que l’importation et l’exportation d'équipement.

Joe Stover est l'un des travailleurs ayant perdu leur emploi en 2016. Il affirme que la réouverture des lignes de transport redonne espoir à la communauté. « Le mot potentiel est utilisé depuis très longtemps pour Churchill, et il semble que ce potentiel se concrétise », dit-il. Il espère maintenant recevoir un appel pour retourner travailler au port.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Transports