•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ralentissement économique dans le secteur forestier se fait sentir en C.-B.

Un camion transportant du bois sur une route.

David Elston, directeur de l'Association des camionneurs forestiers de la Colombie-Britannique, prédit que l'industrie subira 25 % de pertes au cours des prochains mois.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Radio-Canada

Des centaines de travailleurs de l’industrie forestière de la Colombie-Britannique ont été licenciés ou ont perdu du travail au cours des derniers mois, et certains entrepreneurs forestiers n’arrivent plus à tirer des profits de leurs activités.

Le directeur de l'Association des camionneurs forestiers de la Colombie-Britannique, David Elston, prédit que l'industrie subira 25 % de pertes au cours des prochains mois, ce qui pourrait entraîner des faillites et davantage de licenciements.

Canfor a annoncé, vendredi dernier, qu’elle réduisait du quart les activités de la scierie Isle Pierre, située à Prince George à compter du 20 septembre. Elle réduira également les activités à la scierie de Mackenzie, ajoutant ainsi à une liste sans cesse croissante de plus de 20 compressions dans des usines de la province au cours des derniers mois.

Pendant ce temps, la Municipalité de Fort St-James déclarait, la semaine dernière, un état de crise financière en raison de la fermeture et de la vente de la scierie Confiex, qui a laissé 226 personnes au chômage. La mairesse de Fort St-James, Bev Playfair, dit que les effets de la fermeture se font sentir dans l’ensemble de la communauté.

L’ensemble de l’industrie est en recul. Certains entrepreneurs ne travailleront probablement plus ici une fois la tempête passée.

David Elston, directeur de l'Association des camionneurs forestiers de la Colombie-Britannique

En raison de la fermeture d'usines, de nombreux membres de l'Association des camionneurs forestiers de la Colombie-Britannique constatent une réduction de la quantité de travail qu'ils effectuent et ont du mal à conserver leur équipement et à retenir leurs employés.

Du bois empilé dans un chantier.

En mai, Toko Industries a annoncé une réduction des équipes à Quesnel ainsi que la fermeture d’une usine à Kelowna, en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Dominika Lirette

Selon David Elston, la décimation des arbres par le dendroctone du pin ainsi que la faiblesse des marchés aux États-Unis et en Chine sont des facteurs qui ont une incidence sur le secteur forestier.

L'approvisionnement en bois est aussi un problème dont souffre l'industrie depuis environ 15 à 20 ans, affirme-t-il.

Les scieries tentent de réduire leur production pour réduire l'offre au marché afin de renforcer les prix du bois d'oeuvre, mais le marché fait finalement ce qu'il veut.

David Elston, directeur de l'Association des camionneurs forestiers de la Colombie-Britannique

À long terme, l’Association tente d’aider les entrepreneurs en s'assurant qu’ils bénéficient entre autres d’une assistance en matière de formation pour les travailleurs.

Avec les informations de Dominika Lirette

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie forestière