•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : des sinistrés de Constance Bay veulent que Queen’s Park revoie son aide

Une digue constituée de sacs de sable bloque le bout d'une rue.

Une digue de plus de deux mètres a protégé un terrain de Constance Bay au printemps 2019 (archives).

Photo : Radio-Canada / Antoine Trépanier

CBC

Un peu plus de quarante jours avant la date butoir pour demander l’aide de la province, des sinistrés de l’est ontarien aimeraient que le gouvernement Ford élargisse son programme de soutien financier. Ils demandent des fonds pour permettre de prémunir leur domicile contre de futures inondations.

Le Programme d’aide aux sinistrés pour la reprise après une catastrophe offre normalement des fonds pour la réparation des propriétés touchées, les opérations de nettoyage, le remplacement de certains biens et les frais qui accompagnent une évacuation.

Généralement, le programme a pour but de remettre les choses en ordre, comme elles étaient avant une catastrophe, a expliqué lundi soir Stephen Seller, du ministère ontarien des Affaires municipales et du Logement, en marge d'une rencontre avec une cinquantaine de sinistrés de Constance Bay.

Or, les améliorations aux maisons touchées — comme le fait de les surélever pour prévenir de nouvelles inondations — ne sont pas couvertes par le programme d’aide.

Des gens, pour la plupart assez âgés, prennent des notes assis sur des chaises.

De nombreux propriétaires de Constance Bay, touchés par les inondations du printemps, ont assisté à la soirée d'information.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Marier

La résidence de Krystal Vieira, à Constance Bay, a été inondée en 2017 et en 2019. Ce printemps, elle a dû quitter sa demeure pendant six semaines avec son mari et leur enfant de deux ans.

Mme Vieira et son conjoint espèrent que le gouvernement provincial leur versera de l’argent pour immuniser leur résidence contre de futures inondations. Nous allons devoir surélever notre maison et nous débarrasser du sous-sol. Nous avons quelques options possibles, mais elles coûtent toutes très cher, a-t-elle souligné.

Le programme peut être flexible, assure le ministère

Même si des travaux comme ceux que souhaite effectuer Mme Vieira sont exclus du programme d’aide gouvernemental, M. Seller a assuré les sinistrés réunis lundi soir qu’ils peuvent tenter leur chance en remplissant une demande auprès du ministère.

S’il y a des choses que les gens doivent faire pour obtenir un permis de rénovation, par exemple, nous les encourageons à soumettre une demande d’aide, à expliquer leur situation et à trouver une solution avec les représentants du gouvernement, a-t-il indiqué en entrevue à CBC.

Pour sa part, Angela Bernhart, de l’Association communautaire de Constance Bay et Buckham’s Bay, se réjouit de ce que le gouvernement veuille faire preuve de flexibilité.

Si des rénovations vont coûter le même prix qu’une amélioration [à la résidence], [les autorités] vont certainement évaluer la possibilité de surélever une maison au lieu de simplement réparer sa fondation, a-t-elle avancé.

Les sinistrés qui veulent demander l’assistance du gouvernement ontarien ont jusqu’au 4 septembre pour le faire.

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale