•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Corée du Sud tire des coups de semonce contre un appareil russe

Un garde-côte sud-coréen regarde, à l’aide de jumelles

Un garde-côte sud-coréen regarde, à l’aide de jumelles, les îles Dokdo, situées dans la mer de l’Est, en Corée du Sud.

Photo : Associated Press / Ahn Young-Joon

Radio-Canada

Des chasseurs sud-coréens ont tiré des centaines de coups de semonce, mardi, contre un appareil militaire russe qui est entré à deux reprises dans l'espace aérien sud-coréen, au large de sa côte orientale, une allégation démentie par l’armée russe.

Selon le gouvernement sud-coréen, des chasseurs ont dû tirer près de 400 coups de semonce mardi pour obliger un avion de surveillance militaire russe Iliouchine A-50 à quitter son espace aérien.

D'après Séoul, l'Iliouchine A-50 russe est entré à deux reprises dans son espace aérien près des îles de Dokdo, qui sont également revendiquées par le Japon.

Les deux intrusions dans l'espace aérien sud-coréen ont duré respectivement 3 et 4 minutes.

L'avion russe a été intercepté par un chasseur F-15K et un KF-16 qui ont dû tirer 80 coups de canon en guise d'avertissement lors de la première intrusion et au moins 280 coups supplémentaires lors de la seconde intrusion de l'appareil russe qui n'a procédé à aucune manœuvre agressive de son côté, affirme le gouvernement sud-coréen.

Un avion A-50 russe en vol.

La Corée du Sud affirme avoir intercepté à deux reprises un avion de surveillance militaire russe Iliouchine A-50 dans son espace aérien.

Photo : AFP/Getty Images / STRINGER

Séoul affirme par ailleurs n'avoir aucun doute sur la provenance de l'intrus dans la mesure où ses chasseurs l'ont escorté de près, soit à moins d'un kilomètre de distance.

Nous étudions cet incident très sérieusement et nous prendrons des mesures beaucoup plus dures si cela se reproduit, a déclaré Chung Eui-yong, conseiller à la sécurité nationale, cité par la présidence sud-coréenne.

Le Japon proteste

À Tokyo, le gouvernement japonais, qui a également dépêché des avions de chasse dans la zone, a exprimé de vives protestations à l'égard de Moscou.

Nous avons appris que des avions militaires russes survolant la mer du Japon ce matin ont violé deux fois notre espace aérien près de Takeshima [nom japonais des îles de Dokdo, NDLR], a déclaré le porte-parole du gouvernement japonais Yoshihide Suga. Compte tenu de ces informations, nous avons protesté fortement.

Le porte-parole japonais a aussi qualifié d'extrêmement regrettable la façon dont la chasse sud-coréenne a réagi à ces intrusions russes.

Des militaires guident des avions de chasse sur une piste.

Des chasseurs sud-coréens KF-16 lors d'un exercice militaire.

Photo : AFP/Getty Images / JUNG YEON-JE

Moscou nie en bloc

De son côté, le gouvernement russe a catégoriquement nié avoir déployé un avion de surveillance A-50 près des îles Dokdo. Il a cependant admis que deux de ses bombardiers TU-95MS ont survolé la mer du Japon.

Deux bombardiers Tu-95MS des forces armées russes ont effectué un vol planifié au-dessus des eaux neutres de la mer du Japon, a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué, affirmant par ailleurs qu'aucun coup de semonce n'avait été tiré par la Corée du Sud.

Selon l'armée russe, la plainte de Séoul découle d'une zone de reconnaissance de défense antiaérienne établie unilatéralement par la Corée du Sud, qui n'est ni prévue par le droit international ni reconnue par la Russie.

L'itinéraire des avions Tu-95MS était conforme aux règles internationales, a ajouté le ministère russe de la Défense.

L'armée russe accuse quant à elle les chasseurs sud-coréens d'avoir effectué des manœuvres non professionnelles en coupant la route à des bombardiers stratégiques et en créant une menace à leur sécurité.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International