•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeux panaméricains : de coéquipiers à adversaires pour trois joueurs des Champions

Un joueur de baseball

Philippe Aumont à un entraînement des Champions d'Ottawa

Photo : Radio-Canada

Kim Vallière

La date du 1er août est encerclée sur le calendrier de trois joueurs des Champions d'Ottawa. C'est à ce moment que l'équipe canadienne de baseball affrontera celle de la Colombie pendant la phase de groupe des Jeux panaméricains, à Lima au Péru.

Philippe Aumont et Evan Rutckyj défendront alors l'unifolié, alors que Steve Brown tentera d'aider les Colombiens à surprendre les doubles champions en titre.

C'est sûr qu'on se taquine souvent. Il me dit que si je l'affronte, je suis mieux de lui donner des balles rapides, raconte Aumont, visiblement amusé par les conversations tenues avec Brown.

Ce dernier le lui rend bien. Il espère que son ami sera au monticule lors du duel. « Je lui dis que j'ai hâte de frapper un circuit contre lui », explique le natif de Barranquilla.

Qu'ils portent les couleurs du Canada ou de la Colombie, les joueurs des Champions s'entendent pour dire que de représenter son pays sur la scène internationale demeure un moment spécial dans leur carrière.

Porter l'uniforme canadien, je pense que c'est un des plus grands honneurs que tu peux avoir.

Philippe Aumont, lanceur

J'ai été repêché par les Yankees [de New York], j'ai passé du temps avec les Braves [d'Atlanta], mais chaque fois qu'on me demande mon souvenir favori dans le baseball, je réponds que c'est de gagner l'or avec le Canada aux Jeux panaméricains, avoue Rutckyj.

Le lanceur de relève faisait partie de l'équipe canadienne qui a remporté la médaille d'or contre les États-Unis en 2015, à Toronto. Aumont faisait aussi partie de la rotation d'artilleurs du Canada, il y a quatre ans.

Aller aux Jeux panaméricains, c'est vraiment exceptionnel parce que tu as toutes sortes de disciplines et de sports. C'est un village qui est à nous seulement, tu te promènes et tu as les couleurs de ton pays, tu vois tous les autres qui ont les couleurs de leur pays [...] C'est une expérience qui m'a vraiment touché et qui m'a ouvert les yeux, mentionne avec une pointe de nostalgie l'athlète de Gatineau.

Brown, qui vient d'un pays où le baseball commence à gagner en popularité, croit qu'il fera partie d'une formation qui peut causer la surprise. « Quand tu joues pour ton pays, tu joues pour le nom qu'il y a à l'avant de ton chandail, pas pour le nom sur le dos », explique le voltigeur.

Des absents difficiles à remplacer

Les Champions pourront compter sur Brown un peu plus longtemps, puisqu'il a décidé de rester avec le club de la Ligue Can-Am et de rejoindre son équipe nationale seulement à la veille du début du tournoi.

Aumont et Rutckyj se sont envolés vers la Floride lundi pour participer à un camp d'entraînement avant de s'envoler vers l'Amérique du Sud.

Leur absence risque de se faire sentir dans l'environnement de l'équipe ottavienne, qui se bat pour une place dans les séries, elle qui occupe l'avant-dernier rang du circuit Wolff.

C'est sûr que perdre notre partant numéro un [Aumont], notre releveur numéro un [Rutckyj] et notre joueur offensif numéro un [Brown], ça va faire une grosse différence dans l'équipe, avoue le gérant des Champions Sébastien Boucher. Il assure toutefois qu'il croit avoir un noyau de joueurs suffisamment solide pour continuer de remporter des parties pendant la durée des Jeux panaméricains.

L'épreuve de baseball à ce rendez-vous sportif n'a pas d'influence sur les qualifications pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

Ottawa-Gatineau

Baseball