•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Découvrir les Prairies sur les traces de Louis Riel

Le parc du patrimoine Upper Fort Garry, situé à Winnipeg à l’est de la rue Main entre les avenues Broadway et Assiniboine.

Photo : Radio-Canada / Julien Sahuquillo

Gavin Boutroy

Du berceau jusqu’à sa tombe, le destin de Louis Riel est ancré dans les Prairies. Dans notre série Sur la route des vacances, nous vous proposons de découvrir les lieux, à Winnipeg et en Saskatchewan, qui permettent de suivre les traces du chef métis.

Tout a commencé sous le vaste ciel manitobain, au parc Lagimodière-Gaboury, à Winnipeg. C’est le premier lot accordé à des colons dans ce qui deviendra le Manitoba.

C’est aussi le lieu de naissance de Louis Riel, le petit-fils de Jean-Baptiste Lagimodière et de Marie-Anne Gaboury.

Il est situé à la fourche des rivières Seine et Rouge.

Le site historique de la Maison Riel

Plus loin, le long de la rivière Rouge, on trouve la maison familiale de Louis Riel, à Saint-Vital, où il a vécu plusieurs années.

C’est désormais un lieu historique national, où des reconstitutions sont offertes au public pendant l’été.

Une petite maison blanche à deux étages.

La maison Riel dans le quartier Saint-Vital

Photo : Radio-Canada

Saint-Norbert

« Un site que les gens oublient vraiment souvent, c’est Saint-Norbert. C’est à Saint-Norbert que le mouvement a commencé, même avant que Riel s'implique », fait valoir l’historien à la retraite Philippe Mailhot.

Saint-Norbert était la paroisse de l’abbé Joseph-Noël Ritchot, un défenseur des Métis et un grand ami de Louis Riel. Ce n’était pas le gars qui disait la messe le dimanche; il était impliqué, précise M. Mailhot.

Une église avec deux tours.

L'église de Saint-Norbert, à Winnipeg

Photo : Radio-Canada

C’est à Saint-Norbert, en 1869, que s’organise la résistance métisse à la présence des arpenteurs du gouvernement fédéral.

On y retrouve, entre autres, un monument dédié à Riel et à l’abbé Ritchot, à l’emplacement de l’ancienne résidence de l’abbé. Non loin de là, une chapelle remercie la Vierge Marie pour l'aide apportée aux Métis.

La statue de la Vierge est vraiment intrigante. Elle tient une balance dans ses mains. Il y a une boule à chaque bout de la balance, mais la plus petite est plus pesante que la plus grande, note Philippe Mailhot.

[Cela indique] que c’est l’intervention de la Vierge qui a permis aux Métis, le petit peuple, d’avoir plus de poids que le Canada, le grand peuple, précise celui qui a lui-même grandi à Saint-Norbert.

Les résistants métis sont partis de Saint-Norbert pour prendre le fort Garry, en 1969.

Upper Fort Garry

Le parc du patrimoine Upper Fort Garry a été aménagé sur le lieu où se trouvent les vestiges de l’ancien poste de traite de fourrures, qui est devenu le lieu de naissance du Manitoba. Il célèbre cette année ses cinq ans.

Lors des travaux d’aménagement du parc, on a accordé de l'importance à la reconstitution de l’emplacement des bâtiments historiques.

Un banc au bord d'un sentier, devant une palissade d'acier.

Le Parc provincial Upper Fort Garry reproduit une portion de la disposition des bâtiments de l'ancien fort.

Photo : Radio-Canada / Julien Sahuquillo

Il y a la structure de la salle où a eu lieu la rencontre de Louis Riel, explique Michel Lagacé, un membre du conseil d’administration des Amis d’Upper Fort Garry.

Il y a encore la salle du gouverneur qui existait [...] Nous avons reconstruit des socles pour indiquer [l'emplacement des structures].

Le fort Garry était le siège du gouvernement provisoire de Riel, note M. Mailhot. « Juste à l’extérieur des portes nord-ouest du fort, la porte existe encore, c’est là où Thomas Scott s’est fait exécuter. »

Le site de la Bataille de Duck Lake

Le Lieu historique national du Canada de la Bataille-de-Duck Lake marque le site de la première bataille de la résistance du Nord-Ouest, en 1885. Le champ de bataille où les Métis remportent une importante victoire stratégique se trouve au nord du petit village.

Batoche

Le dernier acte de la seconde résistance métisse dirigée par Louis Riel se déroule à Batoche, en Saskatchewan.

Le lieu historique, d'une superficie de 800 hectares, abrite les vestiges de la colonie métisse où le gouvernement provisoire de Louis Riel avait établi son quartier général.

Une église blanche dans un champ en dessous d'un grand ciel des Prairies.

L'église de Batoche, en Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada

En mai 1885 a lieu la bataille de Batoche entre l’armée canadienne et les Métis. Ces derniers en sortent perdants, et Louis Riel est capturé. Il est exécuté à Regina six mois plus tard.

Pour la directrice de Tourisme Riel, Michelle Gervais, la volonté inébranlable de se battre pour son peuple est à l’origine de la fascination que provoque Louis Riel.

C’est vraiment la persévérance, le désir de vouloir protéger son monde, protéger sa culture, protéger son héritage et son patrimoine qui l'anime, dit-elle.

La tombe de Louis Riel

Le corps de Riel est rapatrié au Manitoba, où il est enterré dans le cimetière de la cathédrale de Saint-Boniface. Selon la directrice de Tourisme Riel, c’est le lieu de pèlerinage par excellence pour les touristes qui s’intéressent à Louis Riel.

Une tombe au nom de Louis Riel.

La tombe de Louis Riel, dans le cimetière de la cathédrale de Saint-Boniface, à Winnipeg

Photo : Radio-Canada / TREVOR LYONS

On fait honneur à quelqu’un en visitant son dernier lieu, dit Michelle Gervais. Elle dit que chaque touriste trouve son compte dans l’histoire du chef métis.

Pour les Québécois, c’est quelque chose qu’ils recherchent, ils ont vraiment un sentiment très rapproché de Louis Riel, poursuit-elle, en ajoutant qu’elle a récemment vu des touristes québécois tracer le relief de la surface de la tombe au charbon, pour en avoir un souvenir.

Pour les anglophones et les Américains, c’est une découverte [...] C’est vraiment de retourner au tout début du Manitoba et de réaliser que Louis Riel est vraiment le fondateur du Manitoba, dit Mme Gervais.

Le Musée de Saint-Boniface

Le plus ancien bâtiment de Winnipeg, le Musée de Saint-Boniface, abrite la plus grande collection d’objets ayant appartenu au chef métis. On y retrouve son cercueil, un bout de la corde avec laquelle on l’aurait pendu et la voile qui a caché son visage durant la pendaison.

Une trousse de toilette.

Une trousse de toilette de voyage ayant appartenu à Louis Riel. La boîte en bois recouverte de cuir repoussé contient des brosses, un rasoir et d’autres articles de toilette. Un soldat de l’armée canadienne l’a trouvée sur le lit de Riel, à Batoche.

Photo : Musée de Saint-Boniface

Certains autres artefacts permettent d’humaniser le personnage, indique la directrice du Musée de Saint-Boniface, Vania Gagnon.

On a, par exemple, une paire de mocassins qui lui appartenaient, qu’il a portés pendant plusieurs années. On a sa tuque [et] a sa trousse de toilette. C'était un homme comme tous les autres, qui devait se raser, se soigner, poursuit-elle.

Manitoba

Tourisme