•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il faut protéger davantage les cours d'eau agricoles, croit l'OBVT

On voit au premier plan le cours d'eau et la bande riveraine. Plus loin, le champ et, en arrière-plan, les bâtiments agricoles.

Une bande riveraine près d'un champ agricole. (archives)

Photo : Radio-Canada / Pier Gagné

Tanya Neveu

L'Organisme de bassin versant du Témiscamingue souhaite protéger davantage les cours d'eau situés près des activités agricoles. Une campagne d'échantillonnage menée depuis trois ans près des cinq maternités porcines du Témiscamingue montre une dégradation de la qualité de l'eau.

Même si les causes de cette dégradation ne sont pas encore ciblées, l'OBVT poursuit ses efforts pour assurer une plus grande présence de bandes riveraines dans la zone agricole.

Depuis 2015, des travaux d'échantillonnage sont effectués à différentes stations où les activités agricoles sont plus abondantes.

Ces points d'échantillonnage sont situés près des cinq maternités porcines du Témiscamingue ou encore des terres où l'épandage de fumier est pratique courante.

Le directeur général par intérim de l'OBVT, Yves Grafteaux, explique toutefois que les résultats des échantillons ne peuvent être associés qu'aux activités agricoles.

Il y a des maisons, il y a parfois des routes aussi. Il y a d'autres activités humaines. Notre protocole ne nous permet pas d'identifier la source de ces polluants-là et de ces bactéries, explique-t-il.

Observations et prévention

Après les fortes pluies, les analyses ont permis d'observer une augmentation significative de plusieurs substances comme la chlorophylle, le phosphore, le nitrite, le nitrate et l'azote.

On voit une légère tendance, c'est un début de tendance. Ce n'est rien d'inquiétant pour l'instant. Tant qu'à l'observer cette tendance-là et à craindre qu'elle continue dans le temps, on va déjà essayer de prendre des mesures aujourd'hui sur le territoire, estime Yves Grafteaux.

L'OBVT souhaite donc sensibiliser les acteurs agricoles à l'importance d'aménager des bandes riveraines larges et végétalisées pouvant retenir un maximum de nutriments.

Olymel veut collaborer

À cela, le directeur principal de la production porcine Est du Canada chez Olymel, Étienne Hardy, répond que l'entreprise souhaite poursuivre sa collaboration avec l'OBVT. L'entreprise sensibilise les receveurs de lisier à cette réalité.

Je pense que là on a une belle opportunité en mesurant comment les cours d'eau se comportent, et de travailler à les améliorer. Là on va être capable de travailler avec du concret dans le temps. C'est bon pour [Fermes] Boréales et c'est bon pour tout le monde, croit-il.

Depuis 2015, les travaux d'échantillonnage sont subventionnés par Olymel, les municipalités accueillant des maternités porcines et l'OBVT.

Abitibi–Témiscamingue

Pollution