•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour de Gerald Butts : l'opposition ravive le scandale SNC-Lavalin

M. Butts, en complet, est assis.

Après avoir démissionné du Parti libéral du Canada, Gerald Butts occupera des « fonctions importantes » au sein de l'organisation pour la campagne électorale automnale.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Le retour dans les rangs libéraux de Gerald Butts, ancien secrétaire personnel de Justin Trudeau, a provoqué l'ire de l'opposition, à Ottawa. Conservateurs comme néo-démocrates en ont profité pour raviver le souvenir du scandale SNC-Lavalin, qui avait mené à la démission de deux ministres et de M. Butts.

Ce retour, confirmé dimanche, survient alors que la machine électorale libérale fédérale passe à la vitesse supérieure, en vue des élections de la fin octobre.

Le parti a confirmé que l'ancien secrétaire principal y occupera une « position importante ».

L'architecte du scandale SNC-Lavalin est maintenant dans l'équipe [libérale], et les femmes honnêtes qui ont dit vrai sont congédiées.

Pierre Poilièvre, député conservateur

M. Poilièvre faisait référence aux anciennes ministres Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott, qui ont toutes les deux démissionné dans la foulée du scandale impliquant de pressions indues alléguées sur Mme Wilson-Raybould, entre autres de la part de M. Butts, pour qu'un accord soit conclu avec la firme d'ingénierie et ainsi lui éviter un procès.

Les deux femmes, redevenues députées, ont ensuite été expulsées du caucus libéral, après avoir affirmé qu'elles ne faisaient plus confiance au premier ministre Justin Trudeau. Elles ont depuis indiqué qu'elles seraient candidates indépendantes lors du scrutin d'octobre.

On se rend bien compte que quand [Gerald Butts] a été renvoyé pour avoir fait indûment pression sur Jody Wilson-Raybould, ce n'était qu'un artifice, a déclaré le député néo-démocrate Alexandre Boulerice, sur le plateau d'ICI RDI.

On a voulu nous faire croire qu'il allait en payer le prix. Aujourd'hui, il est de retour. Finalement, les libéraux ont essayé de camoufler le scandale en mettant Gerald Butts à la porte, mais il n'est jamais vraiment parti. Et là, il est de retour pour la campagne électorale, a-t-il ajouté.

Les libéraux se sont quant à eux réjouis du retour de M. Butts, qui avait grandement contribué à la victoire libérale de 2015.

Gerry ainsi que plusieurs autres personnes vont nous aider dès le lancement de notre campagne de 2019, a lancé la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor.

Avec les informations de Madeleine Blais-Morin

À voir aussi :

Politique fédérale

Politique