•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’exode rural des jeunes LGBT

Drapeau aux couleurs LGBT et une personne en ombre chinoise.

Plusieurs jeunes de la communauté LGBT décident de déménager en ville pour diverses raisons, comme l'isolement et la difficulté de trouver des partenaires en région.

Photo : La Presse canadienne / Canadian Press

Miriane Demers-Lemay
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les jeunes de la diversité sexuelle et de genre font toujours face à plusieurs défis dans les régions de l’Est-du-Québec. Résultat : plusieurs choisissent de déménager dans les grands centres.

Il y a un gars dans un Tim Hortons [de Rimouski] qui me regarde et qui lâche à ses chums : "Si jamais j’ai l’air de ça [en me pointant du doigt], tirez-moi une balle dans la tête". Le lendemain, il y avait la tuerie à Orlando.

Ce type d’expérience, Laurence Caron-Castonguay en a vécu plus d’une dans sa vie. Et même si elle continue de faire face à des réactions négatives liées à son apparence dans la ville de Québec, elle y préfère l’ambiance à celle des régions éloignées des grands centres, où elle a passé la majeure partie de sa vie.

La cathédrale et la salle de spectacle à Rimouski

Plusieurs membres de la communauté LGBT décident de quitter leur localité pour se rendre dans de plus grandes villes.

Photo : Radio-Canada / Laurence Gallant

Si un jour je retourne vivre en région, c’est parce que je vais m’acheter une maison dans le fin fond d’un rang et que je vais vivre là sans aucun contact avec qui que ce soit, s’exclame celle qui a grandi et vécu dans différents endroits du Bas-Saint-Laurent avant de travailler comme intervenante de soutien à la jeunesse trans, à Québec.

Si tu es LE trans du village, tout le monde va le savoir, et ça t’amène à faire des coming-outs à répétition.

Une citation de : Laurence Caron-Castonguay

Si Laurence Caron-Castonguay a préféré la ville à la campagne, elle est loin d’être la seule à faire ce choix dans la communauté LGBT.

L’abréviation LGBT englobe les termes suivants : lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres, mais aussi la réalité queer, bispirituelle, pansexuelle et asexuelle.

Déménager en ville

Souvent, quand [les jeunes LGBT] vont finir leur secondaire, ils vont déménager en ville pour avoir accès à la communauté, observe la sexologue Camilie Albert. Ils vont souvent aller vers Montréal, ils vont vouloir trouver des partenaires, des amis qui leur ressemblent.

La sexologue Camilie Albert dans le local de Mains Bas-Saint-Laurent.

Selon la sexologue Camilie Albert, les jeunes LGBT sont plus nombreux à quitter les régions en proportion que les jeunes hétérosexuels.

Photo : Radio-Canada / Miriane Demers-Lemay

Assise dans le local coloré de l’organisme rimouskois Mains Bas-Saint-Laurent, Camilie Albert énumère les acquis des 50 dernières années de militantisme pour les droits LGBT. La situation au Québec n’est plus la même qu’en 1970, mais les défis demeurent, particulièrement dans les régions rurales.

On avance sur une égalité plus administrative, tandis que pour les mentalités, ça évolue tranquillement.

Une citation de : Camilie Albert, sexologue à Mains Bas-Saint-Laurent

C’est une problématique, dans le sens où il y a peu de solutions évidentes, ajoute-t-elle. Il faudrait aussi se pencher, faire des recherches, voir la migration des jeunes, voir leurs motifs, sonder leurs motifs pour pouvoir trouver des solutions.

La municipalité de Trois-Pistoles, dans la MRC des Basques.

La municipalité de Trois-Pistoles, dans la MRC des Basques

Photo : Radio-Canada

Il n’y a pas, de fait, de statistiques ou de données quantitatives sur ces migrations interrégionales, révèle la titulaire de la Chaire de recherche sur l’homophobie à l'UQAM, Line Chamberland.

Il y a des jeunes qui quittent au moment des études, par exemple, dit-elle. Est-ce qu’ils reviennent ou pas? On n’a pas de données.

On sait que ce n’est pas un phénomène nouveau, observe la chercheuse, qui ajoute que des sondages ayant déjà révélé qu’une importante proportion d'hommes de la communauté gaie de Montréal provenait de l’extérieur de la métropole.

Pour plusieurs, la recherche d’un ou d’une partenaire est l’une des principales motivations pour déménager en ville.

Trouver un partenaire

Je trouve qu’en région, c’est extrêmement difficile d’être une personne homosexuelle, et il y a beaucoup un exode vers les grandes villes, à cause de la difficulté de trouver des partenaires, témoigne Élise Deschenes. Depuis un an, elle est coordonnatrice du comité ID-Est de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), qui cherche à rendre visibles les enjeux liés à la diversité sexuelle et d’identité de genre.

Depuis que je suis à Rimouski, une chance que je suis une personne bisexuelle, parce que sinon je serais restée seule! s’exclame-t-elle. Parce que je n’ai pas rencontré d’autres filles intéressées aux filles, et le bassin est tellement petit que, parfois, ça ne clique juste pas.

Si tu es célibataire en région et dans la communauté LGBT, c’est normal de quitter.

Une citation de : Élise Deschenes, coordonnatrice du comité ID-Est de l’UQAR

J’ai un ami qui me dit que tout le monde qu’il rencontre a déjà couché ensemble, ajoute Élise Deschenes. Ça aussi, c’est un gros problème en région : tout le monde se connaît et tout le monde s’est fréquenté.

Les boules roses surplombent la rue Sainte-Catherine, dans le quartier gai.

Des espaces comme ceux existant dans le quartier gai à Montréal manquent cruellement en région, selon divers membres de la communauté LGBT.

Photo : Getty Images / Ablokhin / iStock

Louis Meulien, un Français ayant vécu cinq ans à Rimouski, compare la région à un désert pour les rencontres amoureuses.

C’est un no man’s land pour la communauté.

Une citation de : Louis Meulien, ancien résident de Rimouski

Il n’y a pas de bar gai ou d’espace pour se rencontrer, dit celui qui a rapidement trouvé un partenaire quelques semaines après son retour dans sa France natale.

Les gens s’affichent moins qu’à Montréal, ajoute Line Chamberland, qui explique que les personnes homosexuelles peuvent avoir plus de difficultés à s’identifier.

Selon la chercheuse, les tabous associés à l’homosexualité et à la transsexualité sont des défis supplémentaires pour rencontrer des partenaires. La chercheuse ajoute que les migrations des jeunes LGBT entraînent à leur tour des défis pour trouver des partenaires.

C’est un cercle vicieux. Si les jeunes partent, il en reste moins. Et c’est un cercle qui reste difficile à briser.

Une citation de : Line Chamberland, titulaire de la Chaire de recherche sur l'homophobie à l'UQAM

Briser l’isolement

L’éparpillement de la communauté sur un grand territoire et le manque d’espaces de rencontre : plusieurs éléments peuvent contribuer à l’isolement des personnes LGBT en région.

À Rimouski, tu sens que toutes les personnes LGBT sont un peu éparpillées, elles savent qui elles sont, mais elles ne sont pas nécessairement proches, observe Élise Deschenes.

Ce qui manque, c’est l’essence de communauté.

Une citation de : Élise Deschenes, coordonnatrice du comité ID-Est de l’UQAR

À 18 ans, le Rimouskois Evan Ouellet caresse l’idée de partir vivre en ville pour rejoindre la communauté LGBT.

Je suis allé deux fois à des événements Pride à Québec, dit le jeune trans. J’aimerais sentir ce sentiment-là encore plus dans ma vie quotidienne. Principalement, ce serait d’aller dans les quartiers gais ou d’aller dans les clubs ou avec du monde qui se regroupe pour se parler de leurs expériences dans la communauté LGBT ou dans la vie quotidienne.

Evan Ouellet devant des livres au local de Mains BSL

Le Rimouskois Evan Ouellet considère déménager en ville pour avoir accès à une communauté LGBT plus importante en nombre et visibilité.

Photo : Radio-Canada / Miriane Demers-Lemay

Je veux m’épanouir ailleurs, mais je veux revenir après, parce que je viens de Rimouski, et j’aime Rimouski, raconte Evan Ouellet. Ce dernier ajoute que la plupart de ses amis de la communauté LGBT veulent également aller s'épanouir à Québec ou à Montréal.

On ne se sent pas étouffés ici, c’est juste qu’on manque de ressources, dit-il en ajoutant qu’il aimerait, par exemple, qu'un défilé de la Fierté soit organisé à Rimouski.

Des milieux plus petits

Le manque de ressources en région est également observé par Line Chamberland, qui précise que les jeunes LGBT doivent aussi faire face aux défis de la petite taille du milieu social.

Quand ça se sait, la famille va être impliquée plus rapidement et ça va se savoir très très rapidement dans le milieu, dit-elle.

La chercheuse donne des exemples. En Côte-Nord, un garçon se faisait intimider par un jeune du voisinage, mais les parents ne voulaient pas affronter leurs voisins. L’affaire est restée lettre morte et le garçon a déménagé en ville dès sa maturité. En Gaspésie, un garçon a révélé son orientation sexuelle à ses parents, qui ont rapidement partagé l’information avec leurs proches. Le lendemain, même son petit frère se faisait agacer à l’école sur le sujet.

Un enfant assis contre un mur, l'air déprimé

Que ce soit en ville ou en campagne, davantage d'activités pour les jeunes abordant les questions sexuelles et de genre pourraient être offertes, selon la chercheuse Line Chamberland.

Photo : iStock

Dans un village où tout le monde connaît l’infirmière qui fait les tests de dépistage, plusieurs peuvent décider d’éviter les tests de dépistage, ajoute un homme gai ayant préféré garder l’anonymat.

Selon Mme Chamberland, un plus grand nombre d’activités abordant les questions sexuelles pourraient être offertes aux jeunes. De la même façon, les parents pourraient être mieux outillés pour savoir comment agir avec leurs enfants et leur entourage, ce qui pourrait permettre d'éviter ce type de situation.

De l’homophobie à la transphobie

Que ce soit en ville ou en région, des membres de la communauté LGBT disent devoir encore composer avec des pressions sociales diverses, allant des regards dans la rue aux commentaires, en passant par des normes implicites.

S’il n'a jamais senti de discrimination à son égard à Rimouski, Louis Meulien explique qu’il s’est parfois empêché d’exprimer toute son identité en raison des normes sociales.

Ce ne sont pas des actes violents, pas des mots, dit-il. C’est accepté d’être gai ou lesbienne, il faut juste être hétéronormé.

Dans les bars, il a entendu des commentaires homophobes, même de la part d’hommes gais, qui discriminaient des hommes ayant des aspects un peu plus féminins. Mais la discrimination est beaucoup plus grande envers les transgenres. Pour les transgenres, c’est comme il y a 30 ans pour les homosexuels, illustre le jeune Français.

C’est l’ignorance qui est derrière tous les phobes.

Une citation de : Louis Meulien, ancien résident de Rimouski
Des jeunes brandissant une bannière arc-en-ciel

La lutte contre la transphobie est encore à faire en ville et en région, selon plusieurs membres de la communauté LGBT.

Photo : Radio-Canada

Envers les personnes homosexuelles, c’est moins pire maintenant, mais envers les personnes transgenres et non binaires, la lutte est encore à faire, croit également Élise Deschenes.Parce qu’il y a un manque d’acceptation et de compréhension, parce que le monde ne comprend pas encore comment c’est possible d’être transgenre.

Les couples hétérosexuels ne pensent pas à ça en sortant à l'extérieur, si c’est dangereux de se tenir la main, observe de son côté Camilie Albert. Ces petits poids et ces petites peurs s’accumulent, et c’est là que les gens se disent : "Je suis fatigué de devoir penser à ce que je fais, avec qui je suis, de quoi ça a l’air".

Souvent les jeunes qui vont perpétuer des actes homophobes, c’est sur un manque d’éducation, sur une peur, ça découle souvent des parents, croit la sexologue, qui mise sur l’éducation des jeunes pour améliorer la situation.

De son côté, Laurence Caron-Castonguay est catégorique.

On a donné de la visilibilité aux gais blancs cisgenres. That’s it, dit-elle. Les autres : les lesbiennes, les trans, les bi, les pan, name it, tout le spectre autre que le G de LGBT+, on a les mêmes droits que les femmes dans les années 1920.

Laurence Caron-Castonguay mentionne la réouverture du débat sur le droit à l’avortement aux États-Unis. Selon elle, rien n’est acquis.

Si on arrête de se battre pour les droits qu’on a acquis, on va les perdre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !