•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture du comptoir Desjardins à Luskville : des membres déçus

Le panneau de la Caisse des Collines-de-l'Outaouais.

Le 20 décembre, la Caisse Desjardins des Collines-de-l'Outaouais n'offrira plus de services au comptoir à Luskville.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À la fin de l'année, il ne restera qu'un guichet automatique à la caisse Desjardins de Luskville. Il ne sera donc plus possible de faire des dépôts en personne ou d'y rencontrer un conseiller financier.

Les membres Desjardins de tout le Pontiac ont été avisés en avril dernier lors du conseil d’administration, indique Roch Bouliane, le directeur de la Caisse Desjardins des Collines-de-l’Outaouais.

À partir du 20 décembre prochain, on va transformer le centre de services [...] en centre de services automatisés.

Roch Bouliane

D’ici là, les employés travaillent à familiariser leur clientèle moins habituée aux guichets automatiques. Le directeur général rappelle également qu’un point de services est situé à une vingtaine de minutes. Il s'agit de la Caisse Desjardins de Hull-Aylmer.

Déception des citoyens

Malgré l’effort du personnel et la rencontre d’information qui a eu lieu plus tôt cette année, plusieurs membres se sont dits déçus de perdre ce service, selon M. Bouliane. Quand on touche aux habitudes des gens, ça amène des réactions, commente-t-il.

Parmi eux, Martin Benoit, déplore qu’il faille se rendre en ville pour parler à un conseiller. Il fait également valoir que certaines situations financières requièrent l’aide d’un conseiller.

Ce n’est pas tout le monde qui a les mêmes besoins.

Martin Benoit, membre de la Caisse Desjardins

Bien aux faits des inquiétudes des membres, M. Bouliane a assuré qu’il y aurait un guichet tant et aussi longtemps que les clients l’utiliseraient.

Défis de mains d’œuvre

C’est en raison de la difficulté à recruter, former et garder du personnel qualifié que la décision de fermer le point de service a été prise, explique M. Bouliane. Le risque de bris de services pour les membres était trop important.

Une homme en complet assis devant une fenêtre.

Roch Bouliane est le directeur général de la Caisse des Collines-de-l'Outaouais.

Photo : Radio-Canada

C’est arrivé en début d’année, il manquait deux conseillers, raconte ce dernier.

De plus, 96 % des transactions se font ailleurs qu’au comptoir, selon ses chiffres. La fermeture du comptoir est une adaptation à la façon dont les gens consomment les services en 2019.

Il ne s’agit pas de la première restructuration des services de Desjardins dans la région.

En 2018, Ripon, Plaisance et Notre-Dame-de-la-Salette ont aussi perdu leurs guichets automatiques. Malgré une forte mobilisation citoyenne, Desjardins a poursuivi ses changements.

Le député fédéral William Amos estime dommage que la suppression de ces services soit faite au détriment des petites communautés.

Ce qui me préoccupe, c’est l'accès à une succursale en proximité pour nos aînés, mentionne-t-il. M. Amos comprend les pressions économiques auxquelles la coopérative fait face, mais croit que cette décision nuira à sa réputation d’être au service de ses clients.

Avec les informations de Roxane Léouzon

Ottawa-Gatineau

Économie