•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incursion dans un rassemblement de geeks à Chicoutimi

Des hommes costumés sont engagés dans une discussion.

Des chevaliers des temps modernes ont pu faire connaissance.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour satisfaire sa curiosité, une équipe de Radio-Canada est allée faire un tour au congrès Saggeek afin de comprendre en quoi consiste exactement ce grand rendez-vous qui sort des sentiers battus. La directrice et l’une des juges de l’événement ont pu lui offrir certains éclaircissements.

  • En arrivant sur place, il était immédiatement possible d’apercevoir divers personnages hauts en couleur. Qu’avaient-ils en commun?
Des gens costumés simulent une attaque.

Il est difficile de croire que cette scène plutôt cocasse a été captée à Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada

La directrice du congrès, Audrey Dufour, soutient que chacun d’entre eux était un geek. Elle explique que ce terme emprunté à l’anglais sert tout simplement à désigner un véritable passionné qui se fascine pour un monde fantastique. Selon Mme Dufour, il pourrait s’agir, par exemple, de quelqu’un qui adore la saga de science-fiction de La guerre des étoiles et qui a vu tous les films de la série. Un amateur avide des aventures cinématographiques et littéraires du jeune magicien Harry Potter collerait aussi parfaitement bien à la description d’un geek.


  • Comment les participants ont-ils meublé leur temps durant la fin de semaine?
Une femme joue à un jeu vidéo.

Une arcade avait été aménagée en prévision du congrès.

Photo : Radio-Canada

Audrey Dufour indique qu’ils ont eu la chance de prendre part à un large éventail d’activités. Ils ont notamment pu tester des jeux vidéo et des véhicules téléguidés, livrer des combats avec des armes en mousse et assister à diverses conférences et compétitions qui étaient souvent axées sur l’art de se déguiser. Annie Pouliot a fait office de juge durant la mascarade. Avant de se présenter au concours, les concurrents avaient dû concevoir entièrement ou partiellement leurs costumes. Mme Pouliot précise qu’ils devaient défiler sur scène. À ses yeux, l’exercice demandait une bonne dose de courage. Elle souligne que son expérience de juge l’a comblée. J’ai aimé voir les costumes. Chaque participant avait mis des efforts pour préparer son déguisement, coiffer sa perruque ou concevoir son maquillage, résume-t-elle.


  • Les visiteurs avaient-ils tous le même profil?
Une femme accorde une entrevue.

Audrey Dufour est fière de l'engouement suscité par le congrès.

Photo : Radio-Canada

La directrice de l’événement assure que ce n’était absolument pas le cas. Audrey Dufour affirme avoir croisé des gens de tous les âges qui provenaient d’un peu partout au Québec.

Quant à Annie Pouliot, elle remarque que les participants au congrès Saggeek ont tendance à se déplacer pour assister à d’autres événements similaires organisés ailleurs dans la province.

Une femme costumée accorde une entrevue.

Pour Annie Pouliot, il était primordial de changer de peau avant de se rendre à l'événement.

Photo : Radio-Canada

Je croise régulièrement les mêmes personnes. Je reconnais des visages d’un endroit à l’autre, observe-t-elle.

S’il faut en croire Mme Dufour, plus de 1000 curieux ont convergé vers Chicoutimi pour participer au congrès local.

L’événement s’est tenu de vendredi à dimanche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Divertissement