•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moncton célèbre ses cultures avec un 15e Festival Mosaïq réussi

Le festival multiculturel a connu une croissance remarquable, pouvait-on constater à cette 15e édition de l’événement.

La 15e édition du festival Mosaïq à Moncton le 20 juillet 2019.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Radio-Canada

Le Festival multiculturel Mosaïq a célébré ses 15 ans, vendredi et samedi à Moncton, avec une autre édition réussie de ce qui est devenu une célébration estivale incontournable au Nouveau-Brunswick.

Ce 15e anniversaire était l’occasion, tant pour les festivaliers que pour les organisateurs, de constater la croissance remarquable de l’événement. Selon plusieurs, l’ampleur qu’a pris Mosaïq est attribuable au visage changeant du Grand Moncton, dont la population est de plus en plus diversifiée.

Depuis deux ans, Mosaïq propose d’ailleurs un défilé des nations. Une vingtaine de pays étaient représentés cette année.

Le club ukrainien de Moncton dans le défilé des nations.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le club ukrainien de Moncton dans le défilé des nations.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Ça grandit. Il y a des milliers de participants maintenant, confirme Myriam Mekni, directrice générale intérimaire de l’Association multiculturelle du Grand Moncton. Le nombre de communautés qui s'intègrent ici, qui se partagent leur culture et leurs traditions, c'est beaucoup plus nombreux que ce qu'on avait avant.

Danse du lion au 15e festival Mosaïq, à Moncton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Danse du lion au 15e festival Mosaïq, à Moncton.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Selon elle, c'est le reflet de ce qui se passe à Moncton. 

Myriam Mekni.

Myriam Mekni, directrice générale par intérim de l’Association multiculturelle du Grand Moncton

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Quand je suis arrivée, par exemple, il y a sept ans, je ne voyais pas, je ne croisais pas dans la rue beaucoup d'immigrants. Mais maintenant, quand tu marches sur la rue Main, tu vois de tout le monde, tu ne vois pas seulement des gens de la région, dit-elle. 

Si la communauté n'était pas acceptante et accueillante, les gens ne seraient pas restés.

Myriam Mekni
La 15e édition du festival Mosaïq à Moncton.

La 15e édition du festival Mosaïq à Moncton.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Des participants rencontrés samedi au festival Mosaïq apprécient bien sûr ce mélange culturel. 

Viktor Khalack, qui est d’origine ukrainienne, remarque lui aussi l’évolution du festival. 

Viktor Khalack.

Viktor Khalack.

Photo : Radio-Canada

Le visage, ça change, dit-il, et Moncton a grandi.

La population locale est toujours ouverte à toutes les nations.

Viktor Khalack

Soraia Maurilio se réjouit de voir de plus en plus de ses compatriotes au Nouveau-Brunswick. Depuis trois ans, c'est vraiment curieux de voir comment a grandi le nombre de Brésiliens qui arrivent ici, s’enthousiasme-t-elle.

Sancia Doret.

Sancia Doret.

Photo : Radio-Canada

Sancia Doret, d’origine haïtienne, constate aussi le visage changeant de la région. Surtout dans les 10 dernières années, précise-t-elle. L'université a, entre autres, contribué à l'immigration. Les gens restent. On a une belle ville, les gens s'installent. C'est le fun de voir la diversité s'installer à Moncton.

Pour ces festivaliers, Mosaïq est une célébration rassembleuse, qui demeure nécessaire afin de demeurer bien visibles dans la communauté.

Femmes agitant des drapeaux d'Haïti.

Une vingtaine de pays étaient représentés au défilé des nations du festival Mosaïq.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Une initiative saluée par la mairesse de Moncton : Un festival comme Mosaïq, c'est un bon moyen de souhaiter la bienvenue aux gens et de célébrer toutes les cultures, ensemble, dit Dawn Arnold. 

Et ces derniers jours, pour cette 15e édition du festival, tous sentaient qu'ils avaient leur place dans cette mosaïque culturelle.

D’après le reportage de Wildinette Paul

Nouveau-Brunswick

Culture