•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De grands acheteurs de nourriture d’Edmonton se lancent dans l’achat local

Des fruits et des légumes déposés sur une table.

Selon le groupe de travail Alberta Flavour, de nombreux acheteurs de nourriture ignorent ce que la province produit.

Photo : Radio-Canada / Josee St-Onge

Radio-Canada

De grands établissements d’Edmonton se sont alliés à des producteurs et à des distributeurs de nourriture pour créer une chaîne d’approvisionnement locale.

Le groupe d’intervenants, nommé Alberta Flavor (« Saveur de l’Alberta »), veut faciliter l’achat par ces établissements de fruits, de légumes, de viande et d’autres aliments produits en Alberta.

Le groupe est en place depuis trois ans et cible les établissements, notamment l’entreprise Northlands, l’Institut de technologie du nord de l’Alberta (NAIT), l’Université de l’Alberta, Services de santé Alberta (AHS) et le Centre des congrès d’Edmonton, de même que des distributeurs.

« Si on veut augmenter la proportion de nos achats locaux, viser les services d’approvisionnement des grands établissements est un moyen qui fonctionne », explique la chercheuse Mary Beckie, de l’Université de l’Alberta.

Au fil de ses recherches, Mme Beckie a constaté l’avantage de réunir tous les intervenants afin qu’ils puissent discuter de leurs problèmes respectifs et des solutions qu’il est possible d’y apporter.

Faire connaître les produits

La valeur des contrats dont peuvent bénéficier les producteurs albertains n’est pas négligeable.

Le NAIT, par exemple, achète pour environ 3 millions de dollars de nourriture annuellement, dont plus du quart est produit localement, soutient Kim Allen, du service de l’approvisionnement de l’établissement.

« On aime s’engager dans la communauté. Encourager les producteurs locaux est un moyen d’y arriver », explique Kim Allen, qui précise que l’achat local reste un défi.

L’un des buts d’Alberta Flavour est donc de trouver des moyens de surmonter les difficultés à s’approvisionner localement.

Un autre écueil auquel s’attaque le groupe est la connaissance des produits offerts.

« Tout le monde sait qu’on peut acheter du boeuf de l’Alberta, mais pas qu’on peut aussi se procurer du sucre, du pain et de l’huile de canola de la province », constate Jessie Radies, de l’entreprise Northlands.

Alberta

Consommation