•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucun progrès au terme d'une semaine de grève dans neuf résidences pour aînés

Des employés de la résidence pour aînés Notre-Dame, à Gatineau, forment une ligne de piquetage devant l'édifice.

Les employés de la résidence Chartwell Domaine Notre-Dame, dans le secteur de Hull, ont entamé un débrayage, dimanche.

Photo : Radio-Canada / Pascale Langlois

La Presse canadienne

La dernière semaine de grève dans neuf résidences privées pour personnes âgées n'a permis de résoudre aucun des conflits de travail, a fait savoir le Syndicat québécois des employées et employés de service (SQEES-FTQ). La prochaine étape est une grève illimitée prévue pour l'automne.

Dimanche dernier, le 14 juillet, quelque 1000 syndiqués de 10 résidences pour aînés ont mis leur menace de grève à exécution. Les employés de neuf résidences ont débrayé durant sept jours, soit jusqu'à samedi. Ils sont donc de retour au travail ce dimanche, mais avec le sentiment d'avoir fait bien peu de progrès.

Il y a tout de même lieu de demeurer optimiste puisqu'un dossier pourrait se régler du côté de la Résidence Jazz Lévis. Les travailleurs de cet établissement ne participaient pas à la grève d'une semaine, mais devaient débrayer durant trois jours, du 18 au 20 juillet.

La grève a toutefois été suspendue la veille de l'arrêt de travail puisqu'une séance de conciliation a permis d'obtenir une entente qui devra être présentée aux employés au cours d'une assemblée générale prévue le 29 juillet, a révélé le SQEES-FTQ dans un communiqué.

En ce qui concerne les employés des neuf autres résidences, un représentant du syndicat a laissé entendre que des moyens spontanés pourraient continuer à être pris pour exercer une pression sur les employeurs.

Tout en voulant laisser aux négociations la chance de se poursuivre pour en venir à un accord, le SQEES-FTQ ne cache pas qu'une grève illimitée pourrait être déclenchée cet automne puisqu'elle a déjà obtenu de ses membres un mandat pour le faire.

Salaire à 15 $

Parmi les demandes des travailleurs – des préposés aux bénéficiaires, des responsables de l'entretien et des employés des cuisines, notamment –, celle qui retient le plus l'attention est celle d'un taux horaire à 15 $. Les employés veulent aussi des augmentations annuelles d'un dollar de l'heure pour les trois prochaines années.

La semaine dernière, la présidente du syndicat, Sylvie Nelson, disait espérer que les employeurs reconnaissent la valeur des services que ses membres prodiguent aux personnes âgées. Elle estimait le salaire moyen dans les résidences privées à 13,50 dollars de l'heure.

Les résidences privées en conflit de travail sont situées à Québec, Gatineau, Saint-Jean-sur-Richelieu, Montréal, Laval, Saint-Lambert et Saguenay.

Relations de travail

Économie