•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Salvador demande l’aide de Washington pour enrayer l'émigration

Le président du Salvador s'exprime devant un auditoire.

Le président salvadorien Bukele lors de la cérémonie du 19 juillet 2019 à San Pedro Masahuat sur le nouveau plan de migration entre le Mexique et l'Amérique centrale.

Photo : Reuters / Jose Cabezas

Radio-Canada

Le président du Salvador Nayib Bukele reçoit dimanche la visite du secrétaire d'État américain Mike Pompeo à qui il va demander l'aide de Washington pour mettre en oeuvre des programmes de développement afin que les Salvadoriens « n'aient pas besoin d'émigrer » en quête du « rêve américain ».

Nous sommes d'accord sur le fait que nous devons développer les opportunités au Salvador, pour que nos concitoyens n'aient pas besoin d'émigrer, a déclaré vendredi le jeune président Bukele, en fonction depuis le 1er juin.

La violence des gangs criminels et la misère poussent chaque année des dizaines de milliers de Salvadoriens à s'exiler.

Pour le président Bukele, la prospérité et la sécurité sont les clés qui permettront de donner envie aux Salvadoriens de rester au pays.

Selon lui, entre 300 et 400 Salvadoriens prennent la route chaque jour à destination des États-Unis.

Un emploi créé ici, ce sont trois migrants de moins à la frontière des États-Unis, assure-t-il.

Saluant le choix de Mike Pompeo de rendre visite au Salvador, M. Bukele a estimé que les deux pays partageaient les mêmes « préoccupations » concernant les problèmes migratoires.

Les Américains, a-t-il dit, ne veulent pas des Salvadoriens là-bas [aux États-Unis], et nous, nous voulons qu'ils restent ici.

Base aérienne américaine maintenue

En matière de lutte contre la criminalité, Mike Pompeo et Nayib Bukele doivent signer dimanche un accord pour confirmer le maintien de la base aérienne américaine de lutte contre le trafic de drogue près de l'aéroport international Oscar Arnulfo Romero, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale San Salvador.

Quelque 2,5 millions de Salvadoriens vivent aux États-Unis et leur contribution à l'économie de leur pays, avec des envois d'argent de près de 5,5 milliards de dollars en 2018, pèse pour 16 % du PIB salvadorien.

Le chef de la diplomatie américaine doit arriver à San Salvador dimanche après-midi dans le cadre d'une tournée débutée vendredi en Argentine et qui le mènera également en Équateur et au Mexique.

Avec les informations de AFP

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Immigration

International