•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’équipe de danseurs des Raptors cherche de nouvelles recrues

Plusieurs dizaines de jeunes filles dansent sur un terrain de basketball.

La première étape lors des auditions pour la North Side Crew : apprendre la chorégraphie.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Rozenn Nicolle

Les auditions pour intégrer l’équipe de danseurs des Raptors, la North Side Crew, se tenaient samedi à l’aréna de la Banque Scotia. Après la victoire en juin de la seule équipe canadienne de la NBA, ils ont été plus nombreux cette année à vouloir rejoindre la troupe de danse.

Je me sens stressée, mais surtout très excitée, confie la jeune Franco-Ontarienne Sabrina Laplante. Originaire d’Ottawa, Sabrina n’en est pas à sa première audition, puisqu’en avril dernier, elle a déjà été retenue pour intégrer l’équipe des meneurs de claque des Argonauts de Toronto. Mais c’est la première fois qu’elle tente de rejoindre la North Side Crew.

Une jeune femme en habits de sport pose devant un terrain de basket où se trouve de nombreuses autres concurrentes en arrière-plan.

Sabrina Laplante est déjà une meneuse de claque pour les Argonauts de Toronto, et souhaite intégrer l'équipe de danseurs des Raptors.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Au menu de ces essais : une chorégraphie d’environ une minute d’inspiration jazz/hip-hop, apprise collectivement sur place, et présentée par la suite par groupe de dix aux quatre juges. À la fin de ce premier tour, une vague de participants est éliminée. Par la suite, le jury évalue et élimine une nouvelle ronde de candidats.

Arrive enfin l'étape finale, où cette fois, les participants doivent présenter individuellement un enchaînement chorégraphique libre mettant en valeur leurs forces et leur personnalité. Les aptitudes de danse sont prises en compte, mais pas seulement… Les juges évaluent aussi la personnalité et le sens du spectacle de chacun.

Il faut que tu montres tout ce que tu as, tout ce que tu es capable de faire, pour essayer de ressortir, d’être différente.

Sabrina Laplante, participante

Enora Sendé, une Française installée à Toronto depuis dix mois, est venue tenter sa chance. Pour elle, la partie libre n’est pas encore définie, mieux vaut improviser. Danser, ça vient de la passion, ça vient de l’intérieur et donc il faut juste s’exprimer, affirme-t-elle.

Une jeune femme avec un numéro de participant agraffé à son chandail.

Enora Sendé pratique la danse depuis ses 14 ans et tente sa chance pour la première fois.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

On recherche des danseurs doués avec des personnalités dynamiques, avec un grand sens de leur propre style, explique Amberley Caroli, la gestionnaire des talents et du divertissement de Maple Leaf Sports & Entertainment, le groupe propriétaire de l'équipe des Raptors.

On veut s’assurer que notre équipe soit composée de danseurs passionnés et qui comprennent aussi l’importance de l’interaction avec les fans, complète la membre du jury.

Participation accrue et volonté de diversité

Pas moins de 300 personnes, hommes et femmes, se sont lancées dans la compétition cette année, soit une hausse de 20 % par rapport à l’an passé. Démarrer la saison en tant que champions va être un sentiment incroyable, et je pense que ça provoque encore plus d’enthousiasme, estime Mme Caroli.

Quatre personnes assises derrière une table jugent les prestations des participants.

Le jury comprend les deux chorégraphes de la troupe, la gestionnaire de l'équipe divertissement des Raptors et la gestionnaire des talents et du divertissement de Maple Leaf Sports & Entertainment.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Et au-delà du talent, les juges recherchent aussi la diversité. Notre équipe a toujours été très diversifiée, avec des danseurs d’origines différentes, mais aussi de styles différents, assure Mme Caroli.

La diversité de notre équipe est très importante, c’est ce que nous sommes en tant que Canadiens. Nous avons tellement de cultures ici, et notre équipe veut promouvoir et refléter cette réalité.

Amberley Caroli, la gestionnaire des talents et du divertissement de Maple Leaf Sports & Entertainment.

Anciennement appelée Raptors Dance Pak, l’équipe des danseurs qui se charge d’animer les matchs à domicile des champions de la NBA a été renommée North Side Crew la saison dernière pour mieux correspondre au slogan de l'équipe, We the North.

Au total, 25 danseurs et danseuses seront sélectionnés pour encourager les Raptors de Toronto, mais 14 autres seront également retenus pour motiver sa petite sœur, le club-école des Raptors 905 qui évolue dans la G League, la ligue de développement de la NBA.

Les résultats devaient se faire connaître en fin de journée samedi.

Plusieurs visages de danseurs sont alignés et font face au jury.

Sabrina Laplante (2e à partir de la gauche), juste après avoir dansé pour la première étape de la compétition.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

La chorégraphie n’était pas facile, confesse Sabrina en sortant du premier tour. Après un premier passage réussi devant le jury, Sabrina se dit confiante en sa capacité à arriver à l’étape finale. J’espère que je vais intégrer l’équipe, mais sinon, ce n’est pas grave, ça arrive. Tu vas avoir plus de "non" que de "oui" dans ta vie, relativise la jeune femme.

Toronto

Danse