•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chercheurs créent un logiciel pour prévenir les attaques de tireurs embusqués

Deux hommes posent devant des écrans d'ordinateur placés sur un bureau.

Le professeur associé Andrew Park (à gauche) et l'étudiant Karthik Vedantham (à droite), avec qui il travaille, espèrent que leur logiciel soutiendra efficacement le travail des forces de l'ordre.

Photo : Radio-Canada / Courtney Dickson

Radio-Canada

Deux chercheurs de l’Université de Thompson Rivers, à Kamloops, ont mis à profit leurs connaissances pour créer un logiciel permettant d’évaluer les cachettes possibles d’un tireur embusqué.

Le professeur associé en science informatique Andrew Park a eu l’idée d’utiliser la modélisation 3D afin d’aider les forces de l’ordre après l’attaque survenue lors d’un spectacle à Las Vegas, en 2017.

« C’est une question de sécurité publique et de contre-terrorisme », explique-t-il.

Tous les angles à partir d’une cible

Le logiciel permet à son utilisateur de choisir un lieu et d’en simuler la configuration en trois dimensions afin de l’aider à visualiser l’espace. Un algorithme calcule ensuite les trajectoires de projectiles et détermine à quels endroits pourrait se trouver un tireur.

Le modèle est projeté sur un écran, dans le coin d'une salle de classe.

L'idée est venue aux chercheurs après la tuerie de Las Vegas, en 2017. Sur ce modèle des environs du lieu où est survenu le drame, la scène a été choisie comme lieu à protéger, et les lignes jaunes montrent les angles par lesquels un projectile peut l'atteindre.

Photo : Radio-Canada

Parmi les membres de l’équipe qui a mis au point le logiciel, Karthik Vedantham, un étudiant originaire de l’Inde, se dit fasciné par les nombreuses possibilités qu’offre la modélisation 3D.

« Ce projet a une grande valeur sociale parce qu’il sert à aider les gens. »

Bon, mais pas entre toutes les mains

Andrew Park et Karthik Vedantham espèrent que leur travail aidera les policiers à éliminer des menaces potentielles plus efficacement en tentant de prévoir d’où pourraient venir les attaques.

« Avec ce logiciel, on peut analyser virtuellement un environnement en trois dimensions et interagir avec lui autant qu’on le veut, sans jamais s’y rendre », explique M. Vedantham.

Les chercheurs souhaitent poursuivre le développement de leur produit afin d’y inclure la réalité virtuelle, ce qui permettrait de rendre les modèles générés encore plus réalistes.

Ils espèrent pouvoir rendre leur logiciel accessible « uniquement aux forces de l’ordre et aux militaires » d’ici la fin de l’été, poursuit Karthik Vedantham.

Les développeurs comptent bien limiter la distribution du fruit de leur labeur à ces seuls groupes, afin d’éviter qu’il tombe entre les mains d’attaquants potentiels.

Colombie-Britannique et Yukon

Informatique