•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouveaux poissons retrouvés morts dans le secteur de la rivière du Lièvre en Outaouais

Un homme tient un poisson mort du bout de ses doigts.

Résident de Masson, Albert Benoît s’inquiète de la présence des poissons morts devant chez lui.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Radio-Canada

De nouveaux poissons morts ont été découverts vendredi dans le secteur de la rivière du Lièvre en Outaouais.

La semaine dernière, plus d'une centaine de poissons morts avaient déjà été découverts dans cette zone. Cette fois, le ministère québécois des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) précise qu'il y en aurait moins d'une centaine. L'organisme Garde-rivière des Outaouais chiffrait leur nombre à plusieurs centaines, voire des milliers.

Le ministère indique qu'une équipe de biologistes et de techniciens sont sur le site pour effectuer des prélèvements. Toutefois, ces derniers n'ont pas trouvé de nouvelles carcasses de poissons.

Il semble s'agir encore une fois d'un événement subit et circonstanciel

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Bon nombre d'espèces sont encore touchées telles que le barbu de rivière, le chevalier blanc, le chevalier rouge, le brochet, l'achigan et la carpe commune, précise le ministère.

Selon l'organisme Garde-rivière des Outaouais, plus de 85 espèces de poissons vivent dans la rivière des Outaouais (Nouvelle fenêtre). C'est notamment le cas de l'anguille d’Amérique, de l'esturgeon de lac, du maskinongé, de la truite arc-en-ciel et de la perchaude.

Les résidents dans le secteur commencent à s'inquiéter de cette situation. Parmi eux, Albert Benoît affirme qu'il ne profite plus de la rivière.

Même moi, je n'irai pas pêcher dans cette rivière-là. Présentement, je n'irai pas pêcher, et puis je n'irai pas me baigner. Ce n'est pas plaisant, estime-t-il.

Selon ses dires, cela fait maintenant trois semaines qu'il retrouve des poissons morts dans la rivière et les plaisanciers ont délaissé l'endroit en raison de la pourriture.

Je n'ai jamais vu ça de ma vie, ça fait 15 ans que je suis ici.

Albert Benoit

M. Benoit ne comprend pas la façon dont le ministère gère la situation et craint que les usines ne soient en cause.

Ce secteur abrite, entre autres, une usine de production de papier et une autre usine de production de cannabis.

La pêche n'est pas interdite dans cette zone, la consommation d'eau potable non plus, toutefois le MFFP invite la population à faire preuve de vigilance.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Ottawa-Gatineau

Faune et flore