•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment l’air climatisé a-t-il influencé notre mode de vie?

Un climatiseur fixé au mur d'une maison.

L'invention de la climatisation a révolutionné notre société.

Photo : Getty Images / Itsarasak Thithuekthak

Radio-Canada

En ces journées de canicule, de nombreuses personnes tiennent probablement pour acquise la climatisation, l'une de ces commodités modernes qui rendent la vie au travail, la visite au centre commercial et le sommeil un peu plus agréables.

La climatisation a sauvé la vie de nombreuses personnes et, comme certains l'expliquent, bouleversé le monde.

La climatisation a remodelé notre façon de vivre, a déclaré Tim Harford, économiste et chroniqueur du Financial Times, dans une entrevue accordée à The Atlantic en 2017.

Auteur du livre Fifty Inventions that Shaped the Modern Economy, Harford a consacré un de ses chapitres à l’air climatisé. Selon le chroniqueur, la climatisation a alimenté l'économie, en partie en rendant les gens plus productifs et en leur permettant de travailler mieux et plus longtemps.

Elle a également eu un impact sur la démographie en stimulant le développement des villes dans des pays où la chaleur est insupportable, comme Dubaï et Singapour, écrit-il.

La climatisation a également changé la façon dont les bâtiments étaient construits, suscitant la construction de grands gratte-ciel, où la climatisation peut fournir de l'air frais aux étages supérieurs, où se retrouve habituellement la chaleur, explique M. Harford.

Historique

Les recherches sur l'invention mènent à l'ingénieur américain Willis Carrier, le soi-disant « père de la climatisation ».

En 1902, l'employeur de Carrier est sollicité pour venir en aide à un imprimeur de Brooklyn, qui a découvert que l'humidité de son usine provoque un étalement de l'encre.

Selon Steven Johnson, auteur de How We Got to Now : Six Innovations that Made the Modern World, l'ingénieur américain a trouvé un moyen de déshumidifier l'air de l'usine. Il a aussi découvert un effet secondaire avantageux : l'air est rafraîchi.

Il continuera de perfectionner son invention afin d'en faire un élément de base de la majorité des maisons, des immeubles de bureaux et des centres commerciaux aux États-Unis.

Une grande partie du grand public a été exposée pour la première fois à la climatisation dans les « salles de cinéma en plein essor des années 1920 », précise M. Harford.

Plus important encore, l'air froid a sauvé des vies

En 2013, un groupe de chercheurs américains a publié une étude sur les décès liés à la chaleur aux États-Unis et l'impact de la climatisation sur les taux de mortalité.

Ils ont constaté que la mortalité d'une journée extrêmement chaude a chuté d'environ 80 % entre 1960 et 2004, comparativement à 1900 et 1959, et que ce taux était essentiellement attribuable à l'adoption de la climatisation résidentielle.

La situation a radicalement changé, a déclaré Alan Barreca, économiste de l'environnement et professeur agrégé à l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA).

Notre vulnérabilité à la chaleur extrême a chuté de 80 %, a déclaré M. Barreca. Si nous n'avions pas l'air conditionné, le taux de mortalité lié à la chaleur serait de l'ordre de dizaines de milliers [annuellement] ».

Effets néfastes pour l'écologie

Pourtant, malgré ses avantages, la climatisation a un impact majeur sur l'environnement.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a publié l'an dernier un rapport selon lequel l'utilisation croissante des climatiseurs dans les maisons et les bureaux du monde entier sera l'un des principaux moteurs de la demande mondiale d'électricité au cours des trois prochaines décennies.

La demande mondiale d'énergie provenant des climatiseurs devrait tripler d'ici 2050, selon l'AIE.

Comme les combustibles fossiles demeurent la principale source d'électricité, l'agence affirme que cette demande aura un impact important sur le changement climatique.

La demande croissante d'électricité pour la climatisation est l'un des angles morts les plus critiques du débat actuel sur l'énergie, a déclaré Fatih Birol, directeur général de l'AIE, dans un communiqué de presse concernant l'étude de 2018.

Maxime Roy, médecin à la Direction régionale de la santé publique de Montréal, est d'accord pour affirmer que la climatisation peut sauver des vies, surtout celles des personnes vulnérables à la chaleur, notamment les jeunes enfants et les personnes âgées.

Cependant, alors que la climatisation refroidit les maisons, l'air chaud pompé à l'extérieur peut causer des hausses de température dans les quartiers, explique le médecin, également coauteur du rapport sur les 66 décès causés par la chaleur à Montréal l'an dernier.

Mais Alan Barreca croit que les avantages nets de la climatisation l'emportent toujours sur les inconvénients.

Il me semble qu'il s'agit d'un compromis valable, que la protection de nos vies en vaut la peine, a-t-il dit. Et la question est : où pouvons-nous faire des économies ailleurs? C'est trop important pour abandonner.

Adaptation du texte de Mark Gollom de CBC News

Santé publique

Société