•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première experte en cidre certifiée au Canada

Une femme dans un champ, près d'un pommier.

Jeannie Dubois, une passionnée de cidres, a obtenu en début de semaine dernière une certification officielle. Elle est la première au pays à l'avoir.

Photo : Courtoisie

Miguel Lachance

Jeannie Dubois, de Thunder Bay, est la première personne au Canada à obtenir une certification de « pommelière », l’équivalent d’une sommelière pour le cidre, délivrée par l’Association américaine des producteurs de cidre.

Mme Dubois a reçu au début de la semaine dernière le résultat d’un examen qu’elle avait fait plus tôt cette année à Grand Rapids, au Michigan.

Elle raconte qu’environ deux douzaines de personnes ont fait l’examen en même temps qu’elle, et seulement trois personnes l’ont réussi.

C’était beaucoup de lecture, raconte-t-elle. Un bon nombre de dégustations aussi, cette partie n’était pas difficile à faire, c’était plutôt agréable!

Il s’agit de comprendre tous les différents styles [de cidres], leur histoire, et aussi bien sûr la production, en remontant même jusqu’aux vergers. C’est d’avoir une connaissance très complète et profonde du cidre.

Jeannie Dubois, pommelière
La brasserie Sleeping Giant, à Thunder Bay.

Mme Dubois avait déjà des certifications semblables pour le vin et la bière. Elle travaille pour la microbrasserie Sleeping Giant, de Thunder Bay.

Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

Elle explique que la certification de « pommelier » a été créée très récemment. Un premier examen pilote a eu lieu en janvier à Chicago.

Jeannie Dubois a développé son amour du cidre lors d’un séjour en France, dans la région de la Bourgogne, alors qu’elle étudiait la production de vin. Après la récolte, nous buvions souvent des grands verres de cidre de la Normandie.

À son retour d’Europe, elle a commencé à se renseigner davantage sur cette boisson et a étudié la production du cidre à l’Université Cornell, dans l’État de New York.

Elle a écrit un guide des cidres ontariens, qui a été publié en mai dernier.

La nouvelle « pommelière » affirme qu’elle était principalement motivée par un désir d'apprentissage lorsqu'elle a décidé d'obtenir sa nouvelle certification.

Elle admet être enthousiasmée par les nouvelles possibilités qui pourraient s’offrir à elle, notamment parce que le cidre est de plus en plus populaire.

Une industrie en expansion

Jeannie Dubois croit que les inquiétudes entourant le gluten expliquent en partie le regain de popularité du cidre, qui n’en contient pas contrairement à la majorité des bières.

Elle ajoute que les boissons alcoolisées à base de pommes ont une place importante dans l’histoire du Canada et des États-Unis et que le cidre a déjà été utilisé comme monnaie d’échange.

De plus, elle souligne qu’il y a de plus en plus d’expérimentations avec l’hydromel, les bières artisanales et les distilleries.

Le potentiel du cidre à Thunder Bay

Mme Dubois croit que le Nord-Ouest de l’Ontario est un bon endroit pour développer l’industrie du cidre, entre autres avec la présence de nombreux vergers et la production déjà existante de cidre non alcoolisé.

Ce qui est merveilleux avec les pommes, c’est qu’elles peuvent pousser dans des endroits insoupçonnés, affirme-t-elle.

Même si le climat est plutôt froid [autour de Thunder Bay], on peut faire pousser beaucoup de pommes ici, particulièrement des variétés parfaites pour le cidre.

Jeannie Dubois, experte en cidre

Ça prend des pommes qui ont plus d’acidité, et celles-ci poussent bien dans cet environnement, précise Mme Dubois.

Les pommettes, qui poussent dans de nombreuses cours arrière, sont parfaites pour la production de cidre, ajoute-t-elle. Des gens m’en ont donné pour que je puisse faire des essais.

Ce serait un rêve de voir [la production de cidre] à Thunder Bay, dit-elle. On pourrait offrir une expérience qu’on ne trouve pas partout.

Elle ajoute que les principaux obstacles sont financiers, notamment pour l’achat de l’équipement requis et l’obtention d’une licence.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Bière et vin