•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les survivants du pensionnat de l’Île-à-la-Crosse obtiennent le soutien d’Ottawa

Trois personnes, assises à une table, signent l’entente. Plusieurs autres personnes se tiennent debout derrière elles.

Le président de la Nation métisse de la Saskatchewan, Glen McCallum (à gauche), la ministre des Relations Couronne-Autochtone, Carolyn Bennett, et un survivant du pensionnat métis, Leonard Montgrand, signent l'entente de principe.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral, la Nation métisse de la Saskatchewan et les survivants du pensionnat de l’Île-à-la-Crosse ont signé vendredi une entente de principe sur le site historique de Batoche, dans le nord de la province.

« Cette entente est une façon de reconnaître le tort causé, de demander pardon et de continuer à avancer ensemble », déclare Carolyn Bennett, la ministre des Relations Couronne-Autochtone

De jeunes Métis ont subi des abus physiques, sexuels et une isolation culturelle dans ce pensionnat de 1906 à 1976.

Contrairement aux anciens pensionnaires autochtones, les Métis n’ont pas reçu de compensation financière.

Ces anciens pensionnaires métis ont entamé une poursuite judiciaire contre la province et Ottawa en 2005.

Même si l’accord ne prévoit pas de compensation, il donne espoir à de nombreux survivants dont Leonard Montgrand, membre du groupe de survivants du pensionnat métis.

« Cela nous donne la possibilité d’aller de l’avant. À partir de maintenant, j’espère que les survivants recevront une compensation pendant qu’ils sont encore en vie », déclare-t-il.

L’accord n’a pas été signé par le gouvernement saskatchewanais, qui, pourtant, gérait avec l’Église catholique le pensionnat d’Île-à-la-Crosse.

Le président de la Nation métisse de la Saskatchewan, Glen McCallum, dit avoir des pourparlers avec la province.

Il estime que cet accord entre dans le mouvement d’ensemble pour doter les Nations métisses de plus d’autonomie.

« Pour arranger les choses, il faut s’asseoir pour discuter des besoins des Métis », déclare-t-il.

Avec les informations de Omayra Issa

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Autochtones