•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Radar pédagogique : la mairesse de Saint-Urbain fait plier le MTQ

Radar pédagogique

Radar pédagogique

Photo : Kalitec.com

Radio-Canada

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) va finalement tolérer le radar pédagogique contre la vitesse que s'apprête à installer la municipalité de Saint-Urbain, sur la route 381, dans Charlevoix.

La municipalité de Saint-Urbain a obtenu aujourd'hui ce qu'on appelle dans le jargon une « permission de voirie ».

Le radar qui a été acheté par la municipalité peut être installé de manière permanente sur une voie du ministère, a confirmé Émilie Lord, porte-parole du MTQ.

Le conseil municipal de Saint-Urbain, préoccupé depuis longtemps par la vitesse à laquelle circulent les automobilistes sur la 381, a commandé son radar faute d'en obtenir un plus rapidement de la part du MTQ.

Mais la démarche n'avait pas l'appui du ministère. Le gouvernement québécois avait jusqu'ici signifié à la mairesse Claudette Simard qu'il n'allait pas tolérer l'installation de l'appareil.

Ce n'était pas dans leur intention de l'autoriser, a réitéré Mme Simard, ce vendredi.

L'impatience a culminé en mai dernier quand un adolescent a perdu la vie, happé par une automobiliste sur la route 381.

Claudette Simard

Claudette Simard, mairesse de Saint-Urbain

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Même si la mairesse savait qu'elle serait en infraction lorsqu'elle installerait le radar, sa priorité était claire : assurer la sécurité de ses citoyens. Elle a mis l'État au défi de venir retirer l'appareil.

Nous on travaille pour assurer la sécurité sur notre territoire, a-t-elle tranché, déterminée à utiliser les outils à sa disposition, comme un radar.

Pour elle, il est clair que sa sortie publique de la semaine dernière a fait bouger les fonctionnaires.

Le radar du MTQ qu'attendait Saint-Urbain devrait quant à lui être installé vers la fin août, mais seulement pour une durée de trois semaines, le tout dans le cadre d'un projet pilote.

Québec

Transports