•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bar rayé de retour sur la Côte-Nord

Un bar rayé nageant sous l'eau.

De nombreux bars rayés ont été repérés sur la Côte-Nord cette année.

Photo : Radio-Canada

Marie-Jeanne Dubreuil

Les pêcheurs de la Côte-Nord peuvent de nouveau espérer attraper du bar rayé. S'il n'a pas été beaucoup aperçu l'an dernier, le poisson à chair blanche est de retour dans le nord de l’estuaire du Saint-Laurent.

Les photos de pêcheurs avec leurs prises inattendues pleuvent depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux.

On a des prises qui ont été rapportées des Escoumins jusqu’à Rivière-Pentecôte, remarque le guide de pêche Mathieu Tremblay.

M. Tremblay affirme lui-même avoir pêché six bars rayés en trois jours. L’un d’entre eux pesait près de dix livres, selon lui.

Réglementation plus permissive

L’arrivée du bar dans les eaux nord-côtières est d’autant plus satisfaisante maintenant que les pêcheurs peuvent garder certaines de leurs prises.

Le ministère de la Forêt de la Faune et des Parcs permet, depuis l’an dernier, de garder trois prises par jour, pourvu qu’elles mesurent entre 55 et 65 centimètres et qu’elles aient été pêchées à l’est de Forestville.

C’est la première fois depuis l'arrivée du bar rayé sur la Côte-Nord, rappelle Mathieu Tremblay.

Un homme mouline sa ligne au quai fédéral, à Baie-Comeau.

Chaque jour, des dizaines de pêcheurs se rendent sur le quai fédéral, au port de Baie-Comeau.

Photo : Radio-Canada / Vincent Lafond

Un nouveau défi

Poisson bien connu en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent, le bar rayé n'est aperçu sur la Côte-Nord que depuis 2016.

Sa dernière présence sur le territoire avait été répertoriée dans les années 1960.

Le poisson fait le bonheur de bien des pêcheurs nord-côtiers pour son accessibilité et sa combativité.

Il n'y a pas beaucoup de frais associés à cette pêche-là, explique Michel Baril, biologiste à la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs. C'est un poisson qui est facile à pêcher avec des appâts faciles à trouver. C’est la pêche familiale par excellence. En plus, c'est un poisson qui est gros, qui est combatif, on parle des poissons de 5 à 10 livres.

On peut le pêcher directement à partir de la rive.

Michel Baril, biologiste à la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs

[Attraper un bar rayé] n’est peut-être pas le trophée d’une vie, mais pour les personnes qui aiment les grosses espèces de poisson, c’est très apprécié, déclare Mathieu Tremblay.

M. Tremblay ajoute que la chair a bon goût.

Arrivée mystérieuse

Les chercheurs peinent à expliquer le retour du bar rayé au large de la Côte-Nord.

L'hypothèse la plus répandue veut que ces visites soient liées à une combinaison entre l'augmentation des populations et l’effet des changements climatiques.

D’un côté, les mesures de protection de la population du golfe du Saint-Laurent prises dans les années 1990 ont permis le rétablissement de l’espèce.

En 2017, on comptait près d’un million de géniteurs, indique le biologiste Michel Baril.

En plus du nombre croissant d’individus, le réchauffement des eaux aurait fait tomber une forme de barrière thermique pour le bar rayé.

Si auparavant l'eau était trop froide, lorsqu'il arrivait dans la région de Rimouski, le bar n’osait pas traverser l'autre côté, sur la Côte-Nord. Peut-être que présentement, l'eau réchauffe assez pour lui permettre de circuler vers la Côte-Nord.

Michel Baril, biologiste à la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs

L’absence du bar rayé dans le nord de l’estuaire en 2018 est un mystère encore plus grand, selon Michel Baril. Peut-être que la barrière thermique n’est pas tombée et que l’eau est restée froide, avance-t-il.

Toujours selon Michel Baril, il est également difficile de dire si le bar rayé restera un visiteur fréquent sur la Côte-Nord dans les prochaines années.

Il affirme toutefois que si l’eau continue de se réchauffer, le phénomène du bar rayé sur le territoire nord-côtier pourrait se multiplier.

Côte-Nord

Chasse et pêche