•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un propriétaire coupable d'avoir agressé une fillette dans sa garderie

Nicolas Zakzuk Gaviria en compagnie de son avocate au palais de justice de Québec

Nicolas Zakzuk Gaviria en compagnie de son avocate au palais de justice de Québec

Photo : Radio-Canada

Yannick Bergeron

Un résident de Sainte-Foy qui exploitait une garderie avec sa conjointe est reconnu coupable d'attouchements sexuels à répétition sur une fillette.

La juge Johanne Roy n'a pas cru le témoignage de Nicolas Zakzuk Gaviria, qui offrait des guimauves à la victime après les agressions.

La fillette a fréquenté la garderie dans le sous-sol de l'immeuble de l'accusé, entre 2015 et 2017, alors qu'elle avait entre 3 et 5 ans.

Elle a d’abord dévoilé à sa grand-mère les gestes dont elle était victime au moment de la sieste.

Fillette « brillante »

La petite a par la suite été interrogée dans le cadre de l'enquête policière.

Les vidéos de ces interrogatoires de la fillette de 5 ans montrent une enfant vive, brillante et dont le propos est bien articulé, note la juge Roy.

Elle constate que la fillette explique, avec une certaine gêne, les gestes posés par son agresseur.

Avec des mots d'enfants, elle décrit comment l'homme la touchait avec ses parties génitales, au niveau de son pubis.

Nombre inconnu...

La juge conclut que les agressions sont survenues plusieurs fois, sans pouvoir en déterminer le nombre.

Nicolas Zakzuk Gaviria s'est défendu en disant que ces agressions ne pouvaient pas avoir eu lieu, puisque sa conjointe se trouvait dans l'immeuble au même moment.

La juge estime qu'il n’a pas témoigné de manière spontanée, franche et honnête.

L'homme de 49 ans, qui est en liberté pendant le processus judiciaire, reviendra devant la juge à l'automne pour la détermination de sa peine.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Québec

Crimes et délits