•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les producteurs agricoles seront indemnisés avant les élections, promet la ministre Bibeau

Un gros plan sur son visage

La ministre fédérale de l'Agriculture, Marie-Claude Bibeau

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Les producteurs laitiers, de volailles et d'œufs devront patienter avant de se faire indemniser pour les pertes encourues par la conclusion d'accords commerciaux.

La ministre fédérale de l'Agriculture, Marie-Claude Bibeau, admet que le mécanisme d'indemnisation pour les producteurs sous la gestion de l'offre est difficile à mettre en place, notamment parce qu'il faut s'adapter aux besoins des différents groupes.

Distribuer des milliards de dollars à des milliers de producteurs est plus complexe qu’anticipé, a confié la ministre Bibeau en marge d’une rencontre qu’elle a eue à Québec avec ses homologues provinciaux et territoriaux.

Selon les industries, les demandes en termes de mécanismes financiers ne sont pas les mêmes, a-t-elle invoqué. Les producteurs laitiers, par exemple, demandent des dédommagements directs.

Le plus récent budget fédéral prévoyait 3,9 milliards de dollars pour les producteurs agricoles. Il s’agit de les indemniser pour les pertes occasionnées à la suite de la signature de trois accords internationaux : l’Accord Canada-États-Unis-Mexique, l’Accord économique et commercial global (AECG) avec l’Union européenne et l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP).

Des promesses qui se font attendre

La ministre Marie-Claude Bibeau répond aux questions des journalistes devant un lutrin. Elle est entourée des ministres provinciaux et territoriaux de l'agriculture.

La ministre Bibeau admet que le mécanisme d'indemnisation pour les producteurs sous la gestion de l'offre est plus complexe qu'anticipé.

Photo : Radio-Canada

Même si les aides ne sont toujours pas au rendez-vous, quatre mois après l’annonce du budget, il est cependant prévu de concrétiser le versement des sommes promises d'ici la fin du mandat du gouvernement Trudeau et avant la campagne électorale.

Le ministre québécois de l'Agriculture, André Lamontagne, assure avoir soulevé cet enjeu lors de la réunion annuelle des ministres fédérale, provinciaux et territoriaux, qui s'est tenue à Québec cette semaine.

Il a aussi évoqué le cas des producteurs de porc touchés par le moratoire des importations chinoises de viande à la suite de la découverte fin juin de faux certificats sanitaires.

Il faut en documenter l’impact pour que, si ça devait perdurer dans le temps, il y ait une réponse qui puisse venir des gouvernements et principalement du gouvernement fédéral.

André Lamontagne, ministre québécois de l'Agriculture,

Dans ce dossier, la ministre fédérale a été rassurante quant aux relations entre son ministère et les autorités chinoises. On a senti du respect pour le sérieux de notre travail (sur les faux certificats) et pour le fait qu’on soit revenu rapidement avec des améliorations au système, a-t-elle confié.

Les cas de peste porcine qui sont en train de se multiplier en Chine pourraient aider à faire avancer la cause canadienne et accélérer la fin du moratoire chinois, a-t-elle soutenu.

Par contre, Mme Bibeau s’est déclarée moins optimiste dans le cas du moratoire chinois sur le canola. Nous demandons régulièrement des preuves aux autorités chinoises quant à la supposée présence de parasites dangereux trouvés dans le canola canadien, a expliqué la ministre, qui précise que dans ce dossier les canaux de discussions sont moins ouverts.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique