•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

150 $ de plus pour travailler la fin de semaine

Des associations professionnelles d'infirmiers et d'infirmières au Canada estiment que la pénurie en soins infirmiers ne découle pas d'un manque de personnel.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux offre une prime aux infirmières et aux préposés aux bénéficiaires pour les inciter à travailler les fins de semaine.

Photo : iStock / FabioBalbi

Marie-Pier Bouchard

Est-ce que les primes estivales offertes aux infirmières et aux préposés aux bénéficiaires les inciteront vraiment à se rendre plus disponibles les fins de semaine cet été? Alors que le Syndicat des professionnelles en soins a des doutes, le CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec affirme que cette mesure interpelle déjà plusieurs employés.

Dans le contexte de pénurie de main-d’oeuvre, le ministère de la Santé et des Services sociaux offre cet été 75 $ de plus aux infirmières et aux préposés aux bénéficiaires pour chaque quart de travail complet effectué à partir de la deuxième fin de semaine consécutive.

Cette offre est valide du 13 juillet au 15 septembre, de sorte qu’une personne pourrait aller chercher un total de 750 $ si elle travaille toutes les fins de semaine couvrant cette période.

On a beaucoup de membres qui ont dit qu’ils n’en feraient pas plus dans ces conditions-là. Je pense qu’on a raté notre coup.

Nathalie Perron, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec
Une femme en entrevue à la caméra

Nathalie Perron, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec

Photo : Radio-Canada

Selon Mme Perron, la prime n’est pas assez élevée et les conditions sont trop restrictives.

Les personnes qui vont pouvoir en bénéficier sont peu nombreuses, explique-t-elle.

Nathalie Perron mentionne que ce montant de 75 $ est inférieur à celui qui était offert en 2009 alors qu’une mesure semblable avait été déployée avec des conditions plus flexibles

Par exemple, il faut faire un quart complet cette année pour avoir la prime. En 2009, si tu faisais quatre heures, tu pouvais bénéficier d’une prime, un montant calculé au prorata, mentionne Mme Perron.

Le CIUSSS confiant

Bien qu’il soit trop tôt pour connaître l’impact réel de cette mesure, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) affirme qu’elle semble interpeller le personnel puisque plusieurs employés s’informent à ce sujet.

C’est une mesure pour bonifier la disponibilité des employés qu’on accueille avec plaisir. Mais c’est un peu plus tard cet été qu’on aura un meilleur portrait de l’application et l’utilisation de cette mesure, mentionne le porte-parole du CIUSSS MCQ, Guillaume Cliche.

On dit remarquer que plusieurs personnes qui n'acceptent pas de travailler les week-ends habituellement acceptent de le faire maintenant. Est-ce que c’est en lien direct avec la mesure? Il est trop tôt pour le dire, mais chose certaine, on voit une différence,affirme M. Cliche.

Mauricie et Centre du Québec

Établissement de santé