•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le temps de réponse n'est pas tout, selon le chef de police d’Edmonton

Des véhicules de la police d'Edmonton sont arrêtés au milieu d'une rue, toutes lumières allumées.

Les policiers sont arrivés en moins de 7 minutes dans 70 % des situations qui réclamaient une intervention urgente.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Radio-Canada

La police d’Edmonton n’atteint pas ses cibles pour le temps de réponse aux appels, mais le chef de la police suggère qu’il y a mieux à faire pour réduire la criminalité que de vouloir y parvenir à tout prix.

Quel est l’effet du temps de réponse sur la réduction de la criminalité? Probablement assez faible, a dit le chef Dale McFee jeudi.

Le chef de la police reconnaît qu’il est important de mesurer la vitesse de réaction de ses équipes, mais pas sous forme de moyennes comme c’est le cas actuellement. Pour comprendre pourquoi la police arrive trop tard, il faudrait plutôt étudier les interventions au cas par cas, avance-t-il.

S’il y a une urgence et que nous ne sommes pas là dès que possible, je veux savoir pourquoi.

Dale McFee, chef de la police d'Edmonton

La police se fixe différents objectifs de temps de réponse, en fonction de la gravité des appels. Par exemple, les policiers devraient répondre en 7 minutes ou moins aux appels les plus urgents.

Objectifs non atteints

Les policiers ont atteint la cible dans 63 % des cas en moyenne, ce qui représente un recul de 2 points. Pour les appels prioritaires, l’objectif est respecté dans 70 % des cas.

La police vise à respecter ces objectifs dans 80 % des interventions.

Dale McFee voudrait que le plan stratégique de la police se concentre sur les façons de rendre la ville plus sûre. Je pense que c’est ce qui devrait être en tête de liste de nos préoccupations, pas le temps qu’il nous faut pour y aller.

La vitesse moyenne d'intervention de la police s'est globalement dégradée au cours des dernières années, en particulier pour les situations les moins urgentes, selon le rapport annuel remis jeudi à la commission de police de la Ville d'Edmonton.

Alberta

Crimes et délits