•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un décret adopté en 1970 a officialisé les vacances de la construction

Cinq travailleurs de la construction lèvent leur chapeau en souriant.

De nombreux travailleurs de la construction prendront la route des vacances le 20 juillet.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Radio-Canada

Au Québec, les travailleurs ont droit à des congés payés depuis l’adoption d’une loi en 1946. Ce jalon historique important a ouvert la porte à l’adoption d’un décret en 1970 visant à officialiser les vacances de la construction.

Dans le domaine de la construction, on changeait souvent d’employeur. Il y avait différents systèmes et différentes conventions collectives. Il y avait notamment un système de timbres de vacances. Dans le but d’uniformiser tout ça, la Commission de la construction du Québec [CCQ] va décréter deux semaines de congé pour tous les travailleurs, explique l’historien et enseignant au Cégep de Jonquière, Jérôme Gagnon.

Ces semaines de congé sont habituellement les deux dernières du mois de juillet.

D’où vient le concept de vacances?

C’est associé beaucoup aux congés payés. On peut prendre du temps pour soi sans se soucier de gagner sa vie, pointe Jérôme Gagnon.

Autrefois, les vacances étaient surtout l’apanage des aristocrates. À partir de la fin du 18e siècle, les gens d’affaires et les bourgeois ont commencé à s’offrir des moments de répit.

Dès le 19e siècle, tous ceux qui avaient les moyens de le faire se sont mis à prendre une pause pour se retrouver dans des villes d’eau, à la montagne ou à un endroit où l’air est vivifiant.

Jérôme Gagnon, historien et enseignant

L’historien précise qu’avec l’avènement de l’automobile est née l’idée du tourisme de masse et des vacances en famille.

C’est pourquoi, dès le début des années 60, des attraits touristiques comme le Zoo de Saint-Félicien et le village historique de Val-Jalbert ont vu le jour ici en région.

Les infrastructures se sont multipliées dans les villes et les gens ont pris l’habitude de se rendre à l’extérieur. Les motels ont été implantés. Fait à noter : parmi les premiers construits au Québec, dans les années 30, figure le Parasol de Chicoutimi.

20 millions de dollars en chèques

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, 7078 chèques ont été remis à des travailleurs en prévision de cette traditionnelle période de repos.

La somme globale versée s'élève donc à un peu plus de 20 millions de dollars.

L'an dernier, 6896 chèques avaient été expédiés aux travailleurs de la construction de la région, totalisant 18,6 millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Industrie de la construction