•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un championnat du monde de vélo électrique au mont Sainte-Anne

L'Union cycliste internationale présentera les premiers Championnats du monde de la discipline le 28 août au mont Sainte-Anne.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le vélo électrique n'est pas simplement un gadget pour permettre aux cyclistes de moins pédaler. Preuve de son essor, l'Union cycliste internationale présentera les premiers Championnats du monde de vélo de montagne électrique le mois prochain au mont Sainte-Anne.

Le moteur électrique peut fournir la petite poussée dans le dos dont rêvent plusieurs cyclistes pour gravir une pente. Mais pour les athlètes, l'idée est toujours de repousser les limites.

Le but, ce n'est pas d'être plus paresseux, ce n'est pas de moins pédaler. C'est d'aller plus loin, plus longtemps, explique Yann Roy-Vallée, spécialiste du vélo électrique.

Avec des vélos avec assistance, on peut faire deux, trois fois la distance habituelle et, à la fin, on va être autant fatigué, ajoute-t-il.

Tout se transforme

Pour compenser cette puissance accrue, les organisateurs réservent un parcours plus ardu que celui d'une épreuve de vélo de montagne conventionnel. Le dénivelé lors de chaque tour est aussi plus marqué.

Le vélo est un petit peu plus gros, avec de plus gros pneus et de plus grosses suspensions, donc, on est capables de mettre des obstacles plus difficiles, précise Frédéric Langlois, chargé de projet chez Gestev, qui organise les Championnats.

Tous les coureurs partiront sur un pied d'égalité : chaque vélo aura une batterie de 500 watts. En plus de gérer leur propre énergie, ils devront user de stratégie afin d'avoir recours à celle de leur monture au moment opportun.

C'est une nouvelle discipline qui met beaucoup de piquant au vélo, insiste M. Langlois.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Québec

Cyclisme