•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Épidémie de syphilis déclarée dans les réserves autochtones en Saskatchewan

Gros plan sur le dos d'une personne marqué par des éruptions cutanées.

La syphilis se manifeste notamment par des éruptions cutanées.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les cas de syphilis dans les réserves autochtones de la Saskatchewan ont triplé depuis l’an dernier, révèle Services aux Autochtones Canada.

Le ministère dénombre 83 cas d’infection de syphilis par 100 000 habitants en 2019 dans les réserves autochtones de la Saskatchewan, contre 26 cas pour 100 000 personnes en 2018.

Entre 2017 et 2018, les cas de syphilis au sein de ces communautés ont augmenté de 295 %.

Un plan d’action nécessaire

Face à une hausse importante des cas dans les réserves, Services aux Autochtones Canada et l’Autorité de santé intertribale du Nord (NITHA) déclarent une situation d’épidémie de syphilis au sein des communautés des Premières Nations de la province.

Ces organismes entendent travailler de près avec les autorités de santé provinciales afin d'éradiquer l’épidémie.

De passage à Batoche, en Saskatchewan, la ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, a réaffirmé la nécessité d'assurer un meilleur dépistage de la maladie.

Selon elle, l'offre de service devrait être la même, en ville ou dans une réserve.

De gauche à droite : Ralph Goodale, Seamus O'Reagan et Carolyn Bennett en point de presse.

La ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, le ministre des Services aux Autochtones, Seamus O'Regan et le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale, ont participé au festival Retour à Batoche en Saskatchewan.

Photo : Omayra Issa / Radio-Canada

C’est inquiétant [...] Il faut travailler avec les communautés. [...] Il nous faudra un vrai plan et la participation de tous les partenaires autour de la table.

Carolyn Bennett, ministre des Relations Couronne-Autochtones

Les jeunes adultes et les femmes enceintes à risque

Le médecin hygiéniste régional chez Services aux Autochtones Canada, Ibrahim Khan, souligne que toutes les personnes sexuellement actives doivent être au courant de l’épidémie de syphilis et prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter d’être infectées.

Il précise que les adultes âgés de 20 à 45 ans constituent le groupe le plus touché par la syphilis au sein des communautés autochtones de la Saskatchewan. 

Dr Ibrahim Khan

Dr Ibrahim Khan, Médecin hygiéniste régional de Services aux Autochtones Canada explique que la syphilis touche particulièrement les jeunes adultes au sein des communautés autochtones de la Saskatchewan.

Photo : Marie-Christine Bouillon

Si une femme enceinte atteinte de syphilis ne se soigne pas, la maladie peut atteindre le bébé.

Dr Ibrahim Khan, médecin hygiéniste régional, Saskatchewan, Services aux Autochtones, Canad

Selon le Dr Khan, il est important que chacun, peu importe l’âge, soit à l’aise de poser des questions à son médecin ou à son infirmière. 

La santé sexuelle et reproductive devrait faire partie d’une discussion normale entre le patient et l’intervenant en santé, ajoute-t-il. 

Face à une hausse importante des cas dans ces communautés, Services aux Autochtones Canada et l’autorité de santé intertribale du Nord (NITHA, en anglais) déclarent une situation d’épidémie de syphilis au sein des communautés des Premières Nations de la province.

Ces organismes entendent travailler de près avec les autorités de santé provinciale afin d'éradiquer l’épidémie.

Profil de personnes infectées par la syphilis en Saskatchewan : 
100 % : des femmes diagnostiquées ont entre 15 et 39 ans.
80 %  : des personnes diagnostiquées ont entre 15 et 29 ans. 
Parmi eux : 
60 % sont des hommes et 40 % sont des femmes.
Source : Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits, Saskatchewan, et Autorité de santé intertribale du Nord (2018).

Le profil des personnes infectées par la syphilis en Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada

Symptômes et traitement

Santé Canada précise que la syphilis est une maladie sournoise qui se manifeste par étapes. Au stade primaire, la personne atteinte voit apparaître un ulcère à l’endroit où elle a été infectée, soit la région génitale, ano-rectale ou buccale. Au stade secondaire arrivent les éruptions cutanées et les symptômes semblables à ceux de la grippe.

Tous ces symptômes finiront par disparaître.

Au stade tertiaire, soit plusieurs années après avoir contracté la maladie, la personne infectée peut souffrir de graves problèmes au cœur, au cerveau, aux os et au foie si elle ne reçoit pas de traitement.

La syphilis se traite facilement avec de la pénicilline intramusculaire, mais encore faut-il savoir que la personne est infectée.

Avec les informations de Marie-Christine Bouillon

Saskatchewan

Santé publique