•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gain de cause pour les pêcheurs de crevette de Gaspé

La quantité de crevettes dans la zone 6 à Terre-Neuve-et-Labrador est en forte diminution, selon Pêches et Océans.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec accorde une hausse des prix à l'Office des pêcheurs de crevette de la ville de Gaspé, pour la deuxième partie de la saison.

Les crevettiers recevront ainsi 2,18 $ la livre pour la grosse crevette, 1,80 $ pour la moyenne et 1,45 $ pour la petite , soit une hausse de 40 à 45 cents la livre comparativement aux prix de début de saison.

Cette hausse rétroactive s'applique à partir du 1er juillet. Les prix du début de saison, fixés selon les tarifs de 2018 par la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec, demeurent inchangés.

Le directeur général de l'Office des pêcheurs de crevette de la ville de Gaspé, Patrice Element, est satisfait de la décision de la Régie. Selon lui, le réajustement reflète les prix qui sont en hausse sur les marchés mondiaux.

On n’avait pas réussi à convaincre la Régie au printemps, rappelle-t-il, mais là ils se sont rendus à nos arguments. Avec la distribution de grosseurs de l'année passée, ça ferait un prix moyen de 1,81 $ à peu près.

On sait, explique M. Element, que les montants offerts, notamment à Terre-Neuve et en Norvège, sont pas mal plus élevés que ce qui a été entendu dans le plan conjoint. Donc, les marchés pouvaient permettre d'offrir des prix supérieurs aux pêcheurs.

De son côté, l’Association québécoise de l’industrie de la pêche demandait le maintien des prix offerts en 2018.

Il a été impossible de joindre l'Association québécoise des industriels de la pêche pour obtenir une réaction.

Une saison de pêche plus courte

Autre bonne nouvelle pour les pêcheurs : les crevettes sont plus abondantes que l'an dernier.

Par conséquent, les crevettiers n'auront pas à étirer leur saison jusqu'en septembre pour atteindre leur quota. Ces jours de pêche en moins représentent d'importantes économies, notamment pour le carburant.

Je vais sauver 30 000 $ par rapport à l'an passé, rapporte le pêcheur de crevette Jacques Huet.

Le pêcheur qui compte 32 ans d'expérience se réjouit que tout son équipage puisse profiter de ces bonnes nouvelles économiques : Ils vont en profiter eux autres aussi parce qu'ils sont à pourcentage. Pour mon équipage, ça va être merveilleux!

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie des pêches