•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève de la Sépaq : le marathon de négociations se poursuit

Des manifestants qui brandissent des drapeaux.

Des manifestants ont envahi la place devant l'Assemblée nationale à Québec vendredi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les vacances de milliers de Québécois seront-elles sauvées? La Sépaq et ses syndiqués ont semblé mettre tous les efforts pour y arriver, alors que le marathon de négociations s'est poursuivi tard dans la nuit de vendredi à samedi.

Les 1500 travailleurs des parcs nationaux de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) menacent de déclencher une grève samedi, un débrayage qui aurait des répercussions sur près de 7000 clients du réseau.

À l'aube de cette échéance, les parties patronale et syndicale sont engagées dans un blitz de négociations intensif. La veille, les discussions se sont étirées jusqu'aux petites heures du matin.

Une source syndicale a indiqué vendredi soir que ce prolongement des pourparlers était en quelque sorte un bon signe.

Quelque 300 travailleurs de la Sépaq sont déjà en grève depuis mercredi. Plusieurs d'entre eux ont manifesté devant l'Assemblée nationale vendredi après-midi.

Le président du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), Christian Daigle, était présent. Son message était positif.

On a confiance envers les conciliateurs, aux parties qui sont présentes pour en arriver à une entente satisfaisante pour tout le monde et pour donner des vacances aux Québécois, a-t-il affirmé.

Salaires

Les pourparlers pour le renouvellement de la convention collective des syndiqués durent depuis plus de cinq mois.

La négociation piétine sur l'offre monétaire. Selon le SFPQ, les augmentations de salaire proposées sont toujours d'environ 1 %.

La semaine avait plutôt mal commencé. Le syndicat a envoyé une mise en demeure à la Sépaq, craignant le recours à des briseurs de grève.

La Sépaq a ensuite obtenu du ministère du Travail la nomination d'un conciliateur dans le dossier.

Des manifestants de la SFPQ.

Un groupe de manifestants était installé, dans la matinée de vendredi, sur le boulevard Laurier en face de Place de la Cité.

Photo : Radio-Canada

Des réductions de services sont aussi à prévoir dans les établissements qui seraient ouverts, malgré une grève.

Une dizaine de terrains de camping pourraient être fermés en raison du conflit. Environ 350 réservations de clients pourraient ainsi être annulées.

Les pourvoiries lèvent la main

La Fédération des pourvoiries du Québec (FPQ) lance pour sa part un message aux vacanciers qui pourraient se retrouver le bec à l'eau en raison du conflit.

On sait qu'il y a de la disponibilité encore pour les vacances de la construction, pour les trois prochaines semaines en fait dans toutes les régions du Québec, explique Dominic Dugré, secrétaire général de la FPQ, qui regroupe 325 membres.

Relations de travail

Société