•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les signalements d’ours sont de plus en plus fréquents en Colombie-Britannique

L'ours marche sur le bord d'une rue.

Un ours noir se promène près de poubelles non verrouillées à Port Moody.

Photo : Radio-Canada / Curt Petrovich

Radio-Canada

Le public a déjà fait 7400 signalements d’ours depuis avril dans la province, un nombre en hausse par rapport à l’an dernier selon un agent de conservation de la faune.

L’inspecteur Murray Smith se souvient qu'il y avait eu 12 000 signalements d'ours l’été dernier. Avec 7400 alertes depuis avril, le nombre total à la fin de l’été pourrait donc être en hausse par rapport à l'an dernier.

Nous nous attendons à ce qu’il y ait plus de signalements cette année.

Murray Smith, agent de conservation de la faune en Colombie-Britannique

Dans le sud de la Colombie-Britannique seulement, les agents ont enregistré 3200 signalements d’ours depuis le début de l’année. C’est déjà deux tiers du nombre de signalements de l’an dernier, note Murray Smith.

L’inspecteur ne peut expliquer pourquoi les ours semblent apparaître plus souvent. Le sud de la province est un des meilleurs habitats au monde pour les ours, explique-t-il. Alors forcément, il y a des conflits avec les humains.

Le printemps a été sec, remarque-t-il, donc les ours ont eu moins de nourriture à se mettre sous la dent. Ils ont peut-être dû se rapprocher des villes pour assouvir leur faim.

Les attaques d’ours restent extrêmement rares.

Murray Smith, agent de conservation de la faune en Colombie-Britannique

Pour éviter les mauvaises rencontres, Murray Smith conseille de ne laisser traîner dehors aucune forme de nourriture qui pourrait servir d'appât pour les ours, y compris les fruits qui arrivent à maturation dans les jardins.

Avec les informations de Gian Paolo Mendoza

Colombie-Britannique et Yukon

Faune et flore