•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'architecture de la bibliothèque d’Edmonton critiquée sur les médias sociaux

Le nouveau design de la bibliothèque d'Edmonton.

Certains critiques sur les réseaux sociaux ont comparé le nouveau design gris et angulaire de l'édifice à un conteneur maritime ou à un bateau de croisière enclavé.

Photo : Janice Johnston

Brice Armel Iletsi

L’impressionnante architecture de la bibliothèque Stanley A.-Milner, actuellement en rénovation au centre-ville d'Edmonton, fait l'objet de critiques peu élogieuses sur les médias sociaux. L’architecte à l’origine des travaux se dit perplexe.

C'est étrange parce que c'est un projet dont nous sommes particulièrement fiers. C'est très dynamique, très beau à l'extérieur et à l'intérieur, dit Stephen Teeple, président de Teeple Architects, une firme de Toronto.

La bibliothèque, dont les travaux de réhabilitation menés depuis trois ans s’achèvent bientôt, est soudainement devenue la cible de critiques virales.

Certains [des tweets] sont un peu blessants.

Stephen Teeple, président de Teeple Architects

Depuis sa création en 1989, Teeple Architects s'est bâti une réputation pour sa conception innovatrice et son service exceptionnel grâce à une vaste gamme de projets reconnus des secteurs public et privé.

L'entreprise torontoise a déjà fait ses preuves, notamment dans des constructions comme le Philip-J. Currie Dinosaur Museum, dans le nord-ouest de l'Alberta, et le centre récréatif Clareview, à Edmonton. Toutefois, ses réalisations ont souvent été diversement appréciées : c'est le cas de la Grad House, de l'Université de Toronto, qui avait créé une vive division dans l'opinion publique.

La majorité des critiques concernant la bibliothèque d'Edmonton porte sur le revêtement du bâtiment. Certains disent qu'elle est plus sombre dans les rendus architecturaux, et d'autres comparent ses lignes rigides à un cuirassé ou à un char d'assaut.

Pour Stephen Teeple, le fait que le public réagit ainsi signifie que la nature frappante de la conception et la nature dynamique de la bibliothèque interpellent la conscience publique.

Une vue de la bibliothèque d'Edmonton.

L'ouverture officielle de la bibliothèque Stanley A.-Milner est prévue pour le 14 février 2020.

Photo : Ryan Vanner

L'équipe chargée des travaux de rénovation a examiné différents revêtements dont certains étaient « plus chers, plus beaux », mais elle a respecté son budget en optant pour le zinc Azengar, selon M. Teeple.

Azengar est la marque d'un revêtement de zinc haut de gamme. Son fabricant la qualifie de nuance de zinc la plus mate et la plus légère du marché, qui capte la lumière naturelle et donne un aspect intemporel aux constructions.

Le bardage proprement dit est plus léger que dans les rendus architecturaux et les photos en ligne, explique M. Teeple.

Je pense que c'est, en fait, quelqu'un qui a publié une mauvaise photo. J'ai une photo sur mon téléphone portable qui est superbe, prise presque du même coin de rue et je l'ai simplement prise rapidement en passant.

Peut-être que les gens d'ici ne sont pas habitués aux matériaux européens comme le zinc Azengar.

Stephen Teeple, président de Teeple Architects, de Toronto

Professeure associée d'architecture à l'Université de Calgary et ancienne présidente de l'Institut royal d'architecture du Canada, Vivian Manasc déplore le fait qu’il n'y a pas de discussions sur l'architecture dans la Ville d'Edmonton.

Je pense que l'art doit être intégré dans l'architecture, affirme-t-elle.

Le revêtement de zinc possède également des propriétés thermiques et réfléchissantes, ce qui permet au bâtiment de répondre aux normes internationales en matière de bâtiments durables.

Stephen Teeple insiste sur le fait qu'une grande partie des critiques sont prématurées et que, à la fin, la nouvelle bibliothèque s'intégrera parfaitement aux autres bâtiments près de Winston Churchill Square.

L'apparence est très importante, mais elle fait partie d'une composition plus profonde. La bibliothèque s'étend jusqu'au coin de la rue, elle invite les gens à y entrer et il y a un flux très dynamique d'espace dans et à travers la bibliothèque.

Le sol sera en grande partie transparent, et une section restera ouverte sur l'extérieur jusque tard dans la journée, ajoute l'architecte.

Une partie de l'idée est que l'espace public de la ville va couler à travers la bibliothèque, précise-t-il.

Les gens n'ont pas encore de vue d'ensemble du bâtiment. Je suis plutôt confiant. Nous pensons que ça va être extraordinaire.

Avec les informations de CBC

Alberta

Architecture