•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nids-de-poule : très peu de remboursements dans le Grand Sudbury

Deux nids de poule. Un bac à recyclage bleu est dans un des nids de poules.

Les nids-de-poule causent de nombreux dommages aux véhicules dans les rues du Grand Sudbury.

Photo : Keith Harris

Radio-Canada

Un conseiller municipal du Grand Sudbury estime que le traitement des demandes de dédommagement pour les incidents liés aux nids-de-poule doit être amélioré. Moins de 5 % des demandes reçues entre novembre 2018 et mai 2019 ont mené à un remboursement.

Au cours de cette période, la Ville du Grand Sudbury a reçu 445 demandes de dédommagement.

Seulement 21 d’entre elles ont valu un remboursement à ses plaignants, 59 demandes ont été refusées et les réclamations restantes sont toujours en cours de traitement.

Au vu de ces données, le conseiller municipal Michael Vagnini, qui dit recevoir plusieurs appels de personnes dont les demandes ont été refusées, estime que des changements s’imposent.

Ce que je veux voir, c’est un processus qui fonctionne mieux pour que les personnes qui soumettent une demande ne soient pas toutes rejetées, note-t-il.

Le conseiller municipal Michael Vagnini lors d'une réunion du conseil municipal.

Le conseiller municipal Michael Vagnini trouve très faible le nombre de demandes de dédommagement pour des incidents liés à des nids-de-poule.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Nous devons changer la manière dont nous faisons les choses parce que si nous approuvons moins de 5 % des demandes reçues, nous sommes presque en train de tromper les gens en leur disant que leurs véhicules seront réparés.

Michael Vagnini, conseiller municipal du Grand Sudbury
Un travailleur est en train de mettre de l'asphalte dans un trou qui s'est formé sur la route.

Selon les données les plus récentes, très peu d'automobilistes réussissent à se faire rembourser par la Ville à cause des dommages causés par ces trous béants dans les rues.

Photo : Radio-Canada

M. Vagnini indique aussi avoir communiqué avec plusieurs résidents incapables de défrayer les coûts de la réparation de leurs véhicules lorsque leurs demandes de dédommagement sont refusées.

Il y a des personnes qui n’ont pas d’argent, soit parce qu’elles reçoivent un salaire fixe ou des prestations d'aide sociale, et qui doivent se fier à d’autre moyens de transport parce qu’elles n’ont pas pu trouver l’argent pour faire réparer leurs véhicules, explique le conseiller.

Selon la Ville du Grand Sudbury, les demandes de dédommagement sont évaluées par des ajusteurs indépendants, comme le veut la Loi sur les municipalités.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Réseau routier