•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La MRC de Papineau redoute la grève à la Sépaq

Des employés tiennent des affiches avec des messages comme «on veut négocier» et «notre confiance a disparu, de la patience on n'en a plus».

Des employés du Centre touristique du Lac-Simon forment une ligne de piquetage alors qu'ils ont déclenché une grève lundi.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Bergeron

Radio-Canada

Le spectre d’une grève générale des employés de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq), qui plane depuis les dernières semaines, soulève des inquiétudes dans la MRC de Papineau. Deux sites jouant un rôle majeur dans l’économie touristique de la région seraient paralysés par la mobilisation des travailleurs.

Le Centre touristique du Lac-Simon — où les employés sont en grève depuis mercredi — et le parc national de Plaisance attirent à eux deux une bonne partie des touristes qui visitent la MRC de Papineau, a souligné son préfet, Benoit Lauzon.

C’est plus de 125 000 touristes chaque année qui visitent le parc [national] de Plaisance sur 700 000 touristes dans l’ensemble de la MRC, a-t-il noté en entrevue à l’émission Les matins d’ici.

Quand on met la Sépaq au lac Simon avec le parc [national] de Plaisance, ce sont 35 % des touristes qui viennent dans la MRC de Papineau avec seulement ces deux organismes-là.

Benoit Lauzon, préfet de la MRC de Papineau

La suspension éventuelle des activités dès samedi dans les deux établissements de plein air aura des répercussions importantes sur l’économie locale, selon M. Lauzon. Il a souligné avoir aussi entendu des préoccupations de la part de certains commerçants.

Si la Sépaq et ses employés ne peuvent pas parvenir à une entente vendredi, 23 parcs nationaux seront en grève dès samedi et une dizaine de terrains de camping seront fermés. La grève des quelque 1500 travailleurs pourrait mener à l’annulation d’environ 350 réservations à la veille du début des vacances de la construction.

Les clients ayant une réservation peuvent demander une annulation et un remboursement. Ceux qui décideront de garder leur réservation auront droit à une compensation de 20 % en raison de la réduction des services causés par la grève.

Rencontre de la dernière chance

Il y a néanmoins une certaine lueur d’espoir pour les travailleurs, les commerçants et les vacanciers qui seraient touchés par le débrayage éventuel.

Aux dernières nouvelles, les négociations ont repris très intensément avec un conciliateur, a rapporté le président régional du Syndicat de la fonction publique du Québec pour les Laurentides, Lanaudière et l’Outaouais, Michel Girard.

Si jamais les deux parties en venaient à une entente [...] rien n’est impossible, il se pourrait qu’on annule les grèves à partir de demain.

Michel Girard, président régional du Syndicat de la fonction publique du Québec pour les Laurentides, Lanaudière et l’Outaouais

J’ai l’impression qu’on va avoir des nouvelles d’ici la fin de la journée [vendredi] parce que nous comme [représentants] régionaux, on est convoqués à Québec pour savoir si on a un dénouement, a-t-il lancé. Michel Girard a rappelé que l'enjeu d'une meilleure rémunération demeure le point d'achoppement dans les négociations.

Ottawa-Gatineau

Relations de travail