•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le numéro 2 de la Ville de Montréal s'excuse pour ses excès de vitesse

Benoit Dorais sort de l'arrière d'une voiture de fonction.

Contrairement à ce que prétendent des élus d’opposition, Benoit Dorais maintient qu’il « continue d’avoir un bon jugement ». Il souligne en outre que la mairesse lui a maintenu sa confiance.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Benoit Dorais, a présenté ses excuses pour avoir conduit son automobile, le printemps dernier, à une vitesse de 171 kilomètres à l'heure dans une zone de l'autoroute 35 où la vitesse maximale permise est de 100 kilomètres à l'heure.

Dans un message publié sur Facebook jeudi, le maire de l'arrondissement Le Sud-Ouest admet qu'il a commis une erreur de jugement et présente ses excuses à la population, comme il a dit l'avoir fait auprès de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, et des membres du comité exécutif.

M. Dorais a ajouté que conduire aussi vite n'est pas le type de comportement qu'il souhaite promouvoir auprès de ses concitoyens.

Le Journal de Montréal rapportait la semaine dernière qu'entre 1995 et 2017 Benoit Dorais a été interpellé pour excès de vitesse à huit reprises, dont trois fois depuis 2009, l'année de son accession au poste de maire de l'arrondissement Le Sud-Ouest.

Benoit Dorais a réitéré ses excuses vendredi en marge d’un événement public et il a promis de corriger la situation.

C’est une erreur et un manque de jugement. C’est un comportement qu’on ne devrait pas attendre de personne. Ça ne se reproduira pas.

Benoit Dorais, président du comité exécutif de la Ville de Montréal

Sa destitution réclamée

Le chef de l’opposition officielle, Lionel Perez, n’a pas tardé à réagir. C’est dans l’intérêt de la Ville de Montréal qu’elle le destitue aussi vite que possible. Chaque fois que Projet Montréal fera une annonce sur mesures d’apaisement, l’incident de Benoit Dorais sera remis de l’avant. Il restera une distraction pour l’administration, a répété M. Perez.

Selon ce dernier, M. Dorais pourrait rester maire de l’arrondissement Le Sud-Ouest, mais n’a plus l’autorité morale pour être président du comité exécutif. Il a rappelé que 50 % de tous les décès sur les routes sont dus à des excès de vitesse.

Pour sa part, le vétéran conseiller indépendant de Snowdon, Marvin Rotrand, réclame sa démission.

Contrairement à ce que prétendent les élus de l'opposition, Benoit Dorais maintient qu’il continue d’avoir un bon jugement. Il a en outre souligné que la mairesse Valérie Plante lui a maintenu sa confiance.

Notre objectif comme administration c'est d'implanter toutes les mesures de vision zéro et sécuriser nos rues pour l'ensemble des utilisateurs de la route, a conclu le président du comité exécutif.

Avec les informations de La Presse canadienne

Grand Montréal

Politique municipale