•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville avance trop vite dans la vente de Portage Place, selon certains Winnipégois

Une affiche rouge.

Starlight Investments, une entreprise de Toronto, a fait une offre de 69,9 millions de dollars pour acheter Portage Place.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les conseillers municipaux de Winnipeg ont entendu, jeudi, les critiques des résidents qui affirment que la Ville avance trop vite dans le dossier de la vente de Portage Place. Ces résidents déplorent aussi le manque de consultation de la population.

Les délégations présentes à la dernière réunion du conseil municipal de Winnipeg avant la pause estivale ont profité de cette occasion pour conclure un accord prévoyant que la North Portage Development Corporation vende le terrain et les espaces de stationnement du centre commercial à la société torontoise Starlight Investments pour 69,9 millions de dollars.

La directrice du Central Neighbourhoods, Mareike Brunelli, estime que la vente du centre commercial est « trop ​​rapide, et sans consultation du quartier ».

Mme Brunelli a dit aux conseillers que Portage Place « est un terrain public, une terre autochtone, une terre volée ». Elle a demandé aux conseillers la raison pour laquelle les revenus de la vente « seraient acheminés à La Fourche ».

Le centre commercial Portage Place appartient à des intérêts privés, tandis que le terrain et les espaces stationnement appartiennent à la North Portage Development Corporation (NPDC).

La vente, qui concerne le bâtiment, le terrain et le stationnement doit être approuvée par la Ville, les gouvernements provincial et fédéral et tous les actionnaires de la North Portage Development Corporation.

Si la vente est conclue, la part de la NPDC serait placée en fiducie, et les intérêts seraient utilisés par La Fourche à des fins d’exploitation et de développement futurs.

Le temps presse, car le contrat de vente avec Starlight prévoit une pénalité de 1,5 million de dollars si la NPDC n’a pas obtenu les approbations nécessaires avant le 19 juillet.

Jenna Wirch, qui est une travailleuse communautaire, a expliqué aux conseillers municipaux que le centre commercial est un lieu dans lequel elle a grandi, et où les peuples autochtones et les nouveaux arrivants se rassemblent.

La jeune femme leur a rappelé leurs obligations en vertu des traités : « Si vous n’êtes pas Autochtone, vous êtes toujours un visiteur de cette terre. »

Elle a également évoqué les mesures de sécurité récemment adoptées à la bibliothèque du Millénaire.

« Vous avez tous rendu la bibliothèque publique inaccessible. Ne faites pas de même avec la place Portage, a-t-elle dit. Rappelez-vous la terre sur laquelle vous vous trouvez. »

Le centre commercial est reconnu comme un haut lieu de criminalité du centre-ville, mais le propriétaire actuel a indiqué qu’il ne souhaite pas le rénover.

Une fille vêtue de rouge.

Jenna Wirch a fait part de ses préoccupations au conseil municipal.

Photo : Radio-Canada / Sean Kavanagh/ CBC

Une résidente du quartier West End, Sandra Sommerville, a demandé aux conseillers « pourquoi il faut autant se hâter » de conclure un accord et a noté l’absence de Starlight Investments à la réunion.

« Pourquoi [les gens de Starlight Investments] ne sont-ils pas ici? Pourquoi ne répondent-ils pas à vos questions et aux questions de la communauté à propos de leurs projets? » a-t-elle demandé.

La conseillère municipale de Daniel McIntyre, Cindy Gilroy, a dit qu’elle tiendrait compte des demandes et des commentaires formulés par le public lors de la rencontre du conseil municipal.

Elle a affirmé que, malgré la vente de la propriété, la Ville aurait toujours son mot à dire sur la manière dont le centre commercial sera développé. « Toute modification devrait passer par le service de la planification », a-t-elle ajouté.

Où iront les profits?

Les conseillers municipaux de Transcona, Shawn Nason, et de North Kildonan, Jeff Browaty, ont présenté une motion en vue d’une « révision » du transfert des revenus de vente à La Fourche.

Les deux conseillers ont expliqué que, compte tenu de la création de plusieurs nouvelles sources de revenus à La Fourche (stationnement, terrasses), celle-ci n’a peut-être pas besoin des fonds en fiducie pour fonctionner.

« Peut-être qu’une partie de ce fonds peut aller dans le quartier North Portage, afin de répondre à certaines des préoccupations qui ont été soulevées lors de la rencontre », a déclaré M. Browaty aux journalistes.

Les deux conseillers municipaux ont dit qu’ils soutenaient la vente, bien que M. Nason ait admis que « la transparence fait un peu défaut dans cette transaction ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Affaires municipales