•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La STQ pourrait avoir trouvé la cause du bris du F.-A.-Gauthier

Des édifices de la ville de Québec s'élèvent à l'arrière-plan, derrière un quai et le fleuve Saint-Laurent.

Le F.-A.-Gauthier, à Chantier Davie, à Lévis

Photo : Radio-Canada / Sebastien Vachon

Michel-Félix Tremblay
Mis à jour le 

La Société des traversiers du Québec (STQ) pense savoir pourquoi des pièces des deux propulseurs du F.-A.-Gauthier se sont usées prématurément, entraînant la mise hors service du navire presque neuf. Le traversier est en réparation depuis maintenant sept mois.

Par contre, la STQ refuse catégoriquement de divulguer l'hypothèse qu'elle privilégie. La société d'État évoque, comme c'est souvent le cas depuis le début de cette saga, des raisons juridiques.

On sait cependant que des pièces « bien précises » des anciens propulseurs, ceux qui ont été démontés à Chantier Davie de Lévis en janvier dernier, sont actuellement testées dans un laboratoire, au Michigan.

Ces tests permettront donc de confirmer l'hypothèse mise en avant.

On confirme cependant que l'hypothèse actuelle n'en est pas une parmi d'autres.

Les tests précédents ont permis d'éliminer des pistes, alors celle qui nous reste à tester, c'est celle qui nous semble la plus plausible.

Alexandre Lavoie, porte-parole, Société des traversiers du Québec

Les résultats des tests menés au Michigan seront connus dans quelques semaines.

La STQ ne précise pas si la solidité des pièces sera étudiée. Rappelons que le roulement à billes des moteurs des propulseurs s'est usé prématurément, entraînant une série de conséquences sur d'autres composants.

Un secret encore bien gardé

Alexandre Lavoie croit que la divulgation, à ce moment-ci, de l'hypothèse privilégiée par la STQ pourrait couper des options pour récupérer une partie des sommes.

Il ajoute que la situation est délicate, même si la compagnie d'assurance s'était engagée à rembourser une partie des dépenses.

On va le dire quand on va être capable de le faire.

Alexandre Lavoie, porte-parole, Société des traversiers du Québec

Le F.-A.-Gauthier de retour en cale sèche

Vu de loin, le navire avance sur l'eau glacée.

Le traversier F.-A.-Gauthier à son arrivée à Lévis l'hiver dernier (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Les propulseurs seront rassemblés, avec de nouvelles pièces, au cours des prochaines semaines, à Chantier Davie.

Le F.-A.-Gauthier est actuellement dans la cale sèche du chantier.

Le traversier, construit en 2013-2014 en Italie et acheté pour 170 millions de dollars, ne sera pas de retour sur le fleuve entre Matane et la Côte-Nord au moins avant l'hiver. Il est hors service depuis la mi-décembre.

La STQ prévoyait, au départ, la remise en service de ce navire à la mi-août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Justice et faits divers