•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hibernia : 12 000 litres de pétrole se sont déversés au large de T.-N.-L.

Deux nappes de pétrole sur la surface de l'océan, observées d'un avion.

Photo de la nappe d'hydrocarbures prise lors d'un vol de la Garde côtière canadienne le 17 juillet 2018 au large de Terre-Neuve.

Photo : Garde côtière canadienne

Radio-Canada

Environ 12 000 litres d’hydrocarbures de la plateforme Hibernia, soit l’équivalent de 75 barils de pétrole, se sont déversés dans l’Atlantique Nord au large de Terre-Neuve mercredi, a estimé jeudi la Société d’exploitation et de développement d’Hibernia (SEDH).

La SEDH est le consortium qui exploite Hibernia, dans lequel ExxonMobil détient 33 % des parts, aux côtés notamment de Chevron (27 %), de Suncor (20 %) et d'Equinor (autrefois Statoil, 5 %).

La substance, un mélange d’eau et de pétrole, s’est déversée dans l’océan durant ce que le consortium décrit comme une opération de routine visant à retirer l’eau d’un de ses réservoirs d’entreposage.

Selon l’Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers, les observateurs gouvernementaux et ceux de l’industrie pétrolière n’avaient pas repéré jeudi de faune maritime ou d’oiseaux de mer dans la zone touchée ni dans la trajectoire de la nappe d’hydrocarbures.

Le pétrole se déplace à une vitesse inférieure à un noeud en direction est-nord-est, indiquait le consortium SEDH jeudi.

Plateforme pétrolière.

La plateforme pétrolière Hibernia au large de Terre-Neuve

Photo : Radio-Canada

Les activités de production de la plateforme Hibernia ont été interrompues mercredi soir à la suite du signalement d’une nappe d’hydrocarbures, repérée lors d’un vol de surveillance de PAL Airlines à bord duquel se trouvait un observateur indépendant.

Jeudi, l’Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers a indiqué que des observations par satellite jeudi matin font état de deux nappes d’hydrocarbures. La première a été estimée à 1,71 kilomètre carré et 3,27 kilomètres de longueur; la seconde, à 6,64 kilomètres carrés et 3,78 kilomètres de longueur.

Un nouveau vol de surveillance est prévu jeudi, à la suite duquel la SEDH et l’Office espèrent obtenir des estimations plus précises de l’étendue des dégâts.

Scott Sandlin, président de la SEDH, s’est dit déçu de ce déversement et assure que l’entreprise fait tout en son possible pour minimiser les répercussions sur l’environnement. Tout le monde à la SEDH prend la sécurité et la protection de l’environnement très sérieusement, affirme-t-il jeudi dans un communiqué.

Jeudi midi, le consortium a expliqué avoir déployé des barrages absorbants et des barrages flottants pour circonscrire la nappe d’hydrocarbures. Un navire écumeur est utilisé pour récupérer le pétrole déversé.

Une enquête est en cours. Tout le personnel de la plateforme Hibernia est en sécurité.

La plateforme Hibernia, située à 315 kilomètres à l'est de Saint-Jean, Terre-Neuve-et-Labrador, est entrée en production en 1997. Selon l’Agence France-Presse, le gisement qu'elle exploite, par pompage sous-marin, possède des réserves estimées à plus de 1,2 milliard de barils de pétrole.

Déversements d’hydrocarbures à Terre-Neuve-et-Labrador

Ce n’est pas la première fois que la Société d’exploitation et de développement d’Hibernia (SEDH) se retrouve dans l’embarras. En 2017, le consortium avait été condamné à payer une amende de 250 000 $ pour un déversement survenu dans les derniers jours de l’année 2013.

En 20 ans, environ 772 000 litres de fluides synthétiques et d'hydrocarbures ont été déversés lors d'activités d'exploration ou d'extraction pétrolière au large de Terre-Neuve-et-Labrador, ce qui représente un peu moins du tiers d’une piscine de dimension olympique.

En novembre dernier, Terre-Neuve-et-Labrador a connu le pire déversement pétrolier de son histoire. Environ 250 000 litres de pétrole se sont répandus dans l'océan alors que Husky Energy tentait de reprendre la production à sa plateforme SeaRose durant une violente tempête.

Avec des renseignements de Marie Isabelle Rochon

Terre-Neuve-et-Labrador

Industrie pétrolière