•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poissons morts dans la rivière des Outaouais : une « intoxication » possiblement en cause

Un poisson mort sur des roches.

Des prélèvements ont été faits pour déterminer la cause de la mort de tous ces poissons (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une dizaine de jours après la découverte d'un nombre élevé de poissons morts dans la rivière des Outaouais, le mystère plane toujours quant aux causes exactes de l'incident. Toutefois, la thèse d'un déversement toxique semble probable.

La semaine dernière, des citoyens avaient retrouvé des poissons morts sur les berges de la rivière des Outaouais, notamment dans le secteur de Cumberland, sur la rive ontarienne. L'organisme Garde-rivière des Outaouais chiffre le nombre de poissons morts à « plusieurs centaines, voire des milliers ».

Des spécialistes du Centre québécois sur la santé des animaux sauvages de Saint-Hyacinthe ont fait l'autopsie d'une douzaine de carcasses de ces poissons, qui étaient de diverses espèces. Ils n'ont pas détecté de maladie infectieuse, causée par exemple par des bactéries ou des virus.

Donc, un peu par élimination, et aussi de façon circonstancielle, on pense que la cause la plus probable qui peut expliquer les mortalités observées est une exposition des poissons à un agent toxique qui aurait été déversé de façon accidentelle ou volontaire dans la rivière, a expliqué Stéphane Lair, le directeur du Centre.

Les autorités affirment que ces poissons provenaient de la rivière du Lièvre, sur la rive québécoise. Seule une analyse d'un échantillon d'eau prélevé au moment de l'incident pourrait maintenant nous renseigner sur la substance qui s'y trouvait, indique M. Lair.

Une conseillère en communication du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), Caroline Bujold , a souligné dans un courriel que des biologistes et des techniciens sont retournés aux abords de la rivière du Lièvre, mercredi, et qu'ils n'y ont trouvé aucun nouveau poisson mort.

Le constat qu’aucune nouvelle mortalité n’a été notée confirme qu’il s’agit d’un événement subit et circonstanciel. Il n’y a pas de contre-indication pour la pêche dans le secteur de la rivière du Lièvre.

Caroline Bujold, conseillère en communication du MFFP

Pour sa part, Garde-rivière des Outaouais invite toute personne qui aurait observé « quelque chose d’inhabituel sur ou près de l’eau » dans le secteur de Masson-Angers, les 8 et 9 juillet derniers, à contacter sa ligne-info antipollution (Nouvelle fenêtre).

Ottawa-Gatineau

Faune et flore